• Accolade

    Yves Barré

    L'Accolade, 2019, fusain et pastel sur papier kraft

     

    On devrait se méfier de l'accolade reçue.
    Sous son air convivial, elle est une survivance de l'adoubement des chevaliers au Moyen Âge.
    Qui pose la main sur l'épaule détient le pouvoir ou, s'il ne l'a pas, cherche à dominer.

     

    Source documentaire :
    Joseph Messinger, Le Langage des gestes pour les nuls

     

    « Ça dessineDans le poète, tout est bon »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mars à 05:37

    Alors, comment interpréter le "hug", la version anglo-saxonne de l'étreinte qui mène parfois au câlin ?...

      • Lundi 25 Mars à 22:06

        Je ne pratique pas les étreintes étrangères.

    2
    Dimanche 24 Mars à 11:14

    l'adoubement était une cérémonie très complexe et fort chargée de sens

    signé : Ivanhoé

     

      • Lundi 25 Mars à 22:06

        Ugh, comme dirait Lucky Luke.

    3
    Dimanche 24 Mars à 17:00

    C pas mal l'accolade.

    Je lui préfère cependant Hugs & Kisses.

    Pratiquement intraduisibles, en tout cas mal traduits sur tous les sites.

    Mais agréables à vivre.

    More! Encore!

    (Ah! désolé, je n'avais pas lu le commentaire de Topa qui m'a précédé. Bravo!)

      • Lundi 25 Mars à 22:07

        Visiblement, en plus de la langue, tu pratiques l'étreinte étrangère.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :