• Une erreur de programmation a eu pour effet la publication de deux billets le 14 mai. C'était trop.
    Aujourd'hui, avant un petit rappel pour la Rencontre des peintres, l'invitation à fêter la sortie du numéro spécial 68 de l'excellente revue L'Iresuthe. Sur l'affiche, on lit Iresulte – ça ne ressemble pas à l'esprit de la revue (en ligne ici). Le titre résulte de l'amalgame – ces rédacteurs, quels plaisantins ! – des mots lire, ire et de la queue de l'Anacoluthe, l'association dont il est l'organe.
    – Je comprends qu'on use de synonymes pour égayer le discours, mais l'organe, tout de même, est-ce le mot le plus propre ?

    Mai 68 à sous les pavés

     

    Rencontre des peintres


    8 commentaires
  • Rencontres de St-Céneri

    J'ai le bonheur de faire partie des artistes retenus cette année pour les Rencontres de Saint Céneri.
    J'y présenterai une sélection de paysages. Celui-ci peut-être :

    Yves Barré
    Talus aux coucous, 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

     

     


    12 commentaires
  • Yves Barré

     

    Samedi 24 mars, salon des livres de poésie et de ceux qui les font, de 10 h à 22 h, à la Suze-sur-Sarthe.
    Lire le programme.

    Dans le cadre de cette manifestation, poètes, illustrateurs, éditeurs ont rencontré des élèves des classes du canton.

     

    Petite gravure pour accompagner le texte d'un enfant de GS, de l'école maternelle des Châtaigniers, à la Suze.

    Dans ma poche, il y a
    une pâquerette
    et des amis.


    8 commentaires
  • Yves Barré

    Exposition collective ouverte du 12 au 29 mars 2018.
    Vernissage mardi 13 mars, à 18 h.


    4 commentaires
  • Vœux

    Cette année, je fais profil modeste pour les vœux.
    Parce que les souhaits de paix dans le monde, de fin des famines et catastrophes climatiques, de santé qui pète la santé, ça n'a pas fait ses preuves.
    Alors soyons réaliste. Disons : une ou deux occasions de sourire par jour.
    À la boulangerie, la librairie, chez la buraliste, le percepteur, devant le miroir – parce qu'on n'est jamais si bien servi que par soi-même –, dans la rue à qui vous cède ou à qui vous cédez le passage, à la caméra de surveillance...


    Avec l'espoir secret que la somme de ces sourires finisse par peser sur le dérèglement du monde.


    22 commentaires
  • Le Lapin de Bob

    Je suis admiratif de la créativité et de la poésie qui se dégagent des sculptures de Bob. Il assemble des chutes de bois pour un bestiaire exposé sur la place de Ruillé-en-Champagne au moment des fêtes de fin d'année. Rennes, sanglier, chouette, lapin, oiseau... au milieu d'un rassemblement hétéroclite de poupées en polyéthylène et père Noël en tissu rembourré mousse.

    À une graphiste qui travaillait sur la couverture de Sangliers, roman de Aurélien Delsaux, j'avais suggéré d'utiliser une vue du sanglier de Bob. Elle a préféré user d'un couple de chevreuils repéré préalablement sur Ahoui.

    Sangliers



    13 commentaires
  • Femmes dans la rue
    Femmes dans la rue pour la défense de leurs droits
    Le Mans (années 70-80) – Photo Michèle

     

    Françaises, français, belges, belges...
    Pierre Desproges

     

    « a . m . i . e . s ( ) toi aussi tu t'y mets », écrit thé âche dans un commentaire récent..

    L'écriture inclus·yves, ce n'est pas d'hier. J'ai consulté les archives du blog :
    – 27.09.2007 Mon lectorat fidèle s'étonnera de ce jardin de pommes de terre... Un terme générique pour englober lectrices et lecteurs.
    – 10.02.2008 Je tiens à disposition des amateurs – et mateuses* – les références des moulinés DMC. La note de bas de page précisait : * Facile ! Eh oui, c'est dimanche. S'en sortir par une pirouette, est-ce glorieux ?
    – 19.03.2008  Aidons nos amies enseignantes* à préparer sereinement la classe. La note de bas de page précisait : * et camarades enseignants.
    1.05.2008 Pour ceux et celles qui prendraient ce blog en cours... On y était presque , aujourd'hui, on préconise celles et ceux (ordre alphabétique)
    – 7.10.2008 Détournons l'attention du lecteur.* La note de bas de page précisait :  * Je n'écris plus lectrice/lecteur, elle/il pour alléger le style, mais chacun/chacune est invité-e à lire avec les yeux de son sexe – si je puis me permettre.
    – 14.01.2009 Mes ami-e-s parfois me reprochent de les négliger. Comme ils-elles se méprennent ! De mieux en mieux. Aujourd'hui, on tire de l'oubli, le point médian : mes ami·e·s.

    Un moment donc que je m'efforce de lutter contre les stéréotypes sexistes. Mais, aujourd'hui, quand je vois la tronche d'un texte en habit d'écriture inclusive, il me vient comme un doute sur l'intérêt de cette réforme grammaticale. Le Haut Conseil pour l'égalité entre les femmes et les hommes a déjà prévu mon objection. Si le cœur vous en dit :
    – Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, sur le site du HCEfh ;
    – Manuel d'écriture inclusive, sur le site Mots-Clés.

    Note : La revue Causette s'essaie à l'écriture inclusive dans le numéro de décembre. En profiter pour llre aussi, d'une actualité brûlante, l'enquête de Sophie Boutboul sur la mécanique de l'emprise dans les violences sexuelles.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique