• AlcooliqueUn litre de vin par jour ne peut faire de mal à personne et peut faire du bien à beaucoup, affirmait, au début du siècle précédent, une majorité de médecins. Les rares praticiens enrôlés dans les ligues anti-alcooliques devaient subir les lazzi du journaliste de Tam-tam* :
    « Ceux qui n’aiment pas le café l’interdisent à leurs malades, même quand il ne peut avoir aucune action sur eux.
    Les gens à qui le cigare fait mal, fondent des ligues contre l’abus du tabac.
    Il n’y a de pires empêcheurs de danser en rond que ceux qui ont les jambes cassées.
    Il y a aussi des poseurs, qui trouvent chic de boire de l’eau.»

    J'ai comme la vague impression que ce billet est politiquement incorrect. Ah ben non, tout compte fait !**

     

    * Le Tam-tam, 21.02.1903 (source gallica.bnf.fr)
    ** Assemblée nationale, 11 juin 2015


    9 commentaires
  • PoupéeLe chœur des ami-e-s :
    – On est papy... on est mammy... on est mammy... on est papy... Tralala... Youpie !*

    Savez-vous que Bob dispose de toute une palette pour désigner l'enfant. Avec la seule initiale g** : galopin, galurin, gamin, gavroche, gibier d'Eysses, gluant, glueau, gniard, gone, gosse, gosselin, gouillon, goussepin, graine de bagne, de bois de lit, de culotte, de giberne, greffon, gringalet, griot, guenillou.

    Autrefois, avec les bambin, marmot, marmotte, on avait aussi : babouin, populo, tou-tou, culottin (enfant nouvellement en culotte).

    On pourra aussi les appeler Thelma et Ruben.
    Bienvenue.

     

     

    * À leur âge, on dit Youpie pour exprimer sa joie. Lol !
    ** Je me restreins, je ne veux pas vous soûler.

    Sources : Bob, l'autre trésor de la langue et Nouveau Dictionnaire de la langue française, Noël et Chapsal, 1839
    Photo : Poupée, Rencontre Internationale de Dentelle et Broderie, Cabourg, mai 2011

     


    9 commentaires
  • WCToilettes publiques.
    – Monsieur, monsieur, revenez. Vous êtes dans les toilettes des dames.

    Toilettes publiques.
    Hommes : 0,20 € – Femmes : 0,50 €

    RER. Ligne D. (image ci-contre)
    De toute façon, les WC n'étaient pas en service.

    La signalétique ne tient pas compte de la diversité des pratiques.
    Je suggère qu'on ajoute deux interdictions :

    WC   WC

    L'exiguïté de l'endroit rend inutile d'envisager les figures de triolisme.


    10 commentaires
  • Après le ginkgo biloba de la cathédrale, c'est le marronnier de la place voisine qui vient de croiser la tronçonneuse de la mairie du Mans*. Moi, si j'étais tremble, je prendrais une assurance vie.

    Quant au noyer de Saint-Maixent, il peut se faire du mouron. « Cette année, dit le maire, c'est notre comice et pour installer la chaumière, il nous faut un terrain convenable. Pour les animations culturelles également. Or, nous sommes limités en terrains adéquats, d'où la nécessité de faire de la place en abattant ce noyer qui gênera de toute façon pour les autres aménagements futurs.»** Argument irréfutable !

    Et comme dit M. Stihl dans sa nouvelle réclame : Ne laissez pas la nature vous faire de l'ombre.

    Publicité

    * L'arbre de la cathédrale a été abattu – Le Maine libre, 5.01.15
    Le vieux marronnier de la place des Jacobins a été abattu – Le Maine libre, 28.05.15
    ** Ouest-France (Sarthe) 25 mai 2015


    10 commentaires
  • Printemps poétique de la SuzeLa poésie n'a pas d'âge à la Suze-sur-Sarthe. Pour son 31e Printemps poétique, la ville fait flotter la bannière sur la grand' place.
    En voici une dont le choix de l'emplacement ne tient sûrement pas du hasard.*  On m'assure que l'auteur** reprendra le pinceau au retour de l'automne.

     

    À La Suze-sur-Sarthe, jusqu'au 5 juin.

    Vernissage de l'exposition, ce jeudi 28 mai, à 18 h, à la salle des fêtes.

     

     

    * Michel Foucault qui a veillé sur le projet toute l'année, ne pouvait pas manquer cette mise en abyme.
    ** Je ne le connais pas. Quelqu'un saura bien nous renseigner.

     


    7 commentaires
  • Chats

    à l'ami mordu par son chat

     

    Ça a fini par se savoir : on trouve des chats dans la rubrique des chiens écrasés. Je lis dans le Petit Parisien du mardi 6 août 1895 :

    « Au numéro 29 de la rue du Roi-de-Sicile, une fillette de dix ans, Célestine Verrier, a été mordue à la cheville par un chat enragé. Pendant qu'on transportait l'enfant dans une pharmacie voisine où la blessure a été cautérisée aussitôt, M. Cazeau, pâtissier, et un soldat de la ligne qui passait se mirent à la poursuite de l'animal qu'ils tuèrent.
    Au n° 34 de la même rue un autre chat a mordu au pouce de la main droite le fils de M. Allioli, entrepreneur de fumisterie.
    La fillette et le jeune homme ont été envoyés à l'institut Pasteur.
    Le deuxième chat enragé, qui s'était réfugié dans une cave, a été tué d'un coup de fusil de chasse par M. Bérenger, inspecteur du commissariat de M. Duranton.
    Les deux chats seront autopsiés à la Fourrière. »


    10 commentaires
  • « Et puis je reviens donc à la principale information de cette matinée,
    si vous avez manqué le début du journal...
    Je vous annonçais la mort de Richard Anthony.»
    (Jean-Pierre Pernaut, Le 13 H de TF1)

     

    Principale information

    « Au moins 400 migrants disparus le 12 avril, 40 noyés le 16 avril,
    la crainte de 700 morts dans un nouveau naufrage le 19 avril… »
    (Le Monde.fr, 20 avril 2015, 13 h 06)

     

    Principale information, 2015, fusain et pastel sur carton contrecollé sur toile, 24 x 30 cm


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique