• Printemps poétique de la SuzeLa poésie n'a pas d'âge à la Suze-sur-Sarthe. Pour son 31e Printemps poétique, la ville fait flotter la bannière sur la grand' place.
    En voici une dont le choix de l'emplacement ne tient sûrement pas du hasard.*  On m'assure que l'auteur** reprendra le pinceau au retour de l'automne.

     

    À La Suze-sur-Sarthe, jusqu'au 5 juin.

    Vernissage de l'exposition, ce jeudi 28 mai, à 18 h, à la salle des fêtes.

     

     

    * Michel Foucault qui a veillé sur le projet toute l'année, ne pouvait pas manquer cette mise en abyme.
    ** Je ne le connais pas. Quelqu'un saura bien nous renseigner.

     


    7 commentaires
  • Chats

    à l'ami mordu par son chat

     

    Ça a fini par se savoir : on trouve des chats dans la rubrique des chiens écrasés. Je lis dans le Petit Parisien du mardi 6 août 1895 :

    « Au numéro 29 de la rue du Roi-de-Sicile, une fillette de dix ans, Célestine Verrier, a été mordue à la cheville par un chat enragé. Pendant qu'on transportait l'enfant dans une pharmacie voisine où la blessure a été cautérisée aussitôt, M. Cazeau, pâtissier, et un soldat de la ligne qui passait se mirent à la poursuite de l'animal qu'ils tuèrent.
    Au n° 34 de la même rue un autre chat a mordu au pouce de la main droite le fils de M. Allioli, entrepreneur de fumisterie.
    La fillette et le jeune homme ont été envoyés à l'institut Pasteur.
    Le deuxième chat enragé, qui s'était réfugié dans une cave, a été tué d'un coup de fusil de chasse par M. Bérenger, inspecteur du commissariat de M. Duranton.
    Les deux chats seront autopsiés à la Fourrière. »


    10 commentaires
  • « Et puis je reviens donc à la principale information de cette matinée,
    si vous avez manqué le début du journal...
    Je vous annonçais la mort de Richard Anthony.»
    (Jean-Pierre Pernaut, Le 13 H de TF1)

     

    Principale information

    « Au moins 400 migrants disparus le 12 avril, 40 noyés le 16 avril,
    la crainte de 700 morts dans un nouveau naufrage le 19 avril… »
    (Le Monde.fr, 20 avril 2015, 13 h 06)

     

    Principale information, 2015, fusain et pastel sur carton contrecollé sur toile, 24 x 30 cm


    10 commentaires
  • René MaltêteIl lit dans l'Orne combattante qu'un salon de poésie se tient à Durcet. Belle opportunité pour tenter de fourguer les livres de poésie dont il a hérité : une grosse poignée d'ouvrages fatigués. Il espère tirer 40 euros des Dix triptyques de Pierre Préteux. Je le rassure. On ne lui en donnerait pas un billet sur un vide-greniers.
    Ni Jean-Claude, ni moi n'avions alors remarqué que son fonds comprenait L'Île, elle..., un recueil de Jean-Claude, paru en 1998.*
    – Ah, ben ça, c'est pas banal !
    Ça ne l'est pas !

    * Est-ce sous l'influence du poiré que certains ont confondu le numéro ISSN de l'éditeur (0766-1894) avec l'année de parution ?

               Copyright


    Ci-contre : une carte avec cette photo de René Maltête accompagnait l'envoi de l'exemplaire en ma possession.


    8 commentaires
  • Anagrammeuses de rêves

    Sur une cabine téléphonique au Mans.

    On a connu façon moins élégante de détériorer le mobilier urbain.

    Quand on sait que les Anagrammeuses de rêves ont signé le méfait, on comprend mieux le message. Et par la même occasion, le titre du billet.


    5 commentaires
  • CapoteTiens, me dis-je, alors qu'on me servait un verre de ce vin dont son embouteilleur prétend qu'il exhale un intense parfum balsamique de forêt d'eucalyptus, je verrais bien sur ce blog, une rubrique Nom d'un écrivain ou Nom d'un poète. En effet, il arrive que le nom d'un poète soit le même que celui d'un commerçant, d'un transporteur ou d'un artisan... Cela peut donner des résultats étranges, voire humoristiques. J'espère que l'idée n'a pas déjà été prise.*

    Vous a-t-on parfois dit – les gens sont médisants ! – que Truman Capote, écrivain américain (1924-1984), n'avait pas d'a priori contre les vins & spiritueux. Ou encore qu'il écrivait comme personne. À la licence orthographique près, c'est tout à fait vrai.**

    Capote, dans sa version anglaise, est aussi un accessoire indispensable par les temps qui courent. À propos, le Sidaction court jusqu'à ce soir.

     

    * Et que ça ne vous empêche pas de lire le biloba !
    * It 's true, man !


    6 commentaires
  • Dia da poesia
    Journée mondiale de la poésie à Bragança – Jeunes participants.

     

    Dia da poesia
    Pancarte des manifestants de la poésie

    Aujourd'hui, 25 mars : journée de la procrastination. Authentique !

    Belle occasion pour évoquer cette autre journée mondiale qui m'est tombée dessus au détour d'une place de Bragança (Portugal) : la Dia Mundial da Poesia ! Les jeunes des écoles et collèges de la ville manifestaient dans la rue pour la défense de la poésie. Calicots et pancartes sur le thème des mots du monde. En portugais, mais aussi en anglais, en français... Vivifiant. Le printemps n'est pas si loin.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Note

    Le 21 mars – journée mondiale de la poésie – est également la journée mondiale du rangement de bureaux. Faut-il y voir une provocation ?

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique