• À vif Jacques André, éditeur, affiche l'ambition de « publier des ouvrages de poésie, avec des choix de plus en plus serrés, exigeants, toujours à la recherche d’une écriture contemporaine, soucieux d’aider à mettre au monde une poésie vivante et fertile.»
    On peut raisonnablement penser qu'il en va ainsi de À vif que j'ai eu plaisir à illustrer.
    Tout – ou presque – sur ce dernier recueil de Alain Boudet sur le site de Jacques André.

    Message personnel pour Alain :
    – Tu ne devais pas m'en déposer quelques exemplaires... ?


    6 commentaires
  • En février, oncle Pa nous livrait ce poème. Le lilas est défleuri. Enfin Ingrid n'attend plus.

    Poème d'Oncle Pa

    8 commentaires
  • Poignet droit Vous me demandez des nouvelles de ma santé. Ça ne va pas très fort. Je me remets doucement de l'attaque subite d'un animal de compagnie. De mauvaise compagnie.

    À propos d'un cocard qui souligne l'œil de Félicie, le commissaire Maigret :
    – Ce n'est pas du maquillage au moins ? *

    * On ose espérer que si justement, c'en est, du maquillage.
    La Maison de Félicie, d'après Simenon, téléfilm réalisé par Christian de Chalonge, avec Bruno Crémer et Jeanne Herry.


    6 commentaires
  • Corps et paysages. Affiche JP Cavanna





    Enfin l'été et ses fulgurances lumineuses.
    C'est ainsi que Jean-Pierre Cavanna annonce sa prochaine exposition. Il s'agit bien de fulgurances lumineuses ; cette audace dans sa palette me fascine.

    L'exposition se tient à l'office de tourisme intercommunal du Perche Gouet, chapelle St-Marc, rue de la Chevalerie, 28160 Brou.
    Du 3 au 26 juillet 2008, du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h.


    Jean-Pierre Cavanna m'avait fait l'amitié de commenter les premières sculptures présentées sur ce blog. On retrouvera
    ici ses textes à l'humour ravageur.

    6 commentaires
  • Bonhomme pâquerette
    Le bonhomme pâquerette incline la tête.

    Éphémère sculpture de Miel.

    8 commentaires
  • Pic épeiche Enfin, saisi devant son chêne, le pic épeiche amateur de noisettes.*
    Pourquoi donner le nom de cul-rouge à l'épeiche ? s'étonnait Voltaire,** inventeur du daltonisme.


    * Voir Noisette, du 6 avril 08.
    ** Dictionnaire philosophique. Article Cul.


    8 commentaires
  • Dans le Dictionnaire comique* qu'il a composé pour  « faciliter aux étrangers & aux François mêmes l'intelligence de toutes sortes de livres », P. J. Leroux écrit :

    PUCELAGE. Perdre son pucelage. Faire brêche à son honneur, perdre sa virginité, se joindre de corps à une personne d'un sexe différent pour la première fois, perdre l'honneur. Est-ce une chose si fâcheuse de perdre son pucelage ? (ABLANCOURT, Lucien, p. 2)
    Un Auteur Espagnol, qui n'est pas des plus sages,
    Et dont j'ai lu quelques lambeaux,
    Disoit que les pucelages
    Ressembloient à des perdreaux ;
    Et les Oiseleurs conviennent,
    Quelque part qu'un puisse aller,
    Dès que les plumes leur viennent,
    Qu'on les voit tous s'envoler.

    La contrainte est l'écueil de la pudeur des filles.
    Les surveillans, les verroux, & les grilles
    Sont une foible digue à leur tempérament
    A douze ans aujourd'hui, point d'Agnès à cet âge.
    Fillette nuit & jour s'applique uniquement
    A trouver le moyen d'endormir finement
    Les Argus de son pucelage.

    * P. J. Leroux, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Pampelune, MDCCLXXXVI. Source : google.books

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique