• Appelez-moi mon chou

    Chou rouge« En 1757, 1758 & 1760, les femmes de haut style appelloient leurs maris, mon chat. Malgré la richesse & la tendresse de l'épithete, le chat n'étoit pas si aimé que le chien de Madame.»*


    Disputé aux limaces, ce chou que personne n'a jamais gratifié d'un petit nom, a connu un dernier moment de gloire, juste avant d'être débité en fines lamelles, ébouillanté et cuit à feu doux, l'empoté.

     

    Note du webmestre :

    Une fois encore, l'auteur nous prend le chou : a-t-on jamais vu chou – rouge ou vert, cabus, frisé ou de Bruxelles – exprimer le moindre sentiment ?

     

     

     

     

    * Abbé Henri-Joseph du Laurens, Imirce ou la Fille de nature, tome II, Londres, 1782.

    « En finir avec le jauneCitrons à la mi-temps »

  • Commentaires

    1
    Mardi 16 Octobre 2012 à 05:31

    en ouvrant j'ai cru que c'était l'IRM de mon petit cerveau..

    2
    Mardi 16 Octobre 2012 à 06:00

    Si la réflexion du webmestre peut paraître sensée, on se demande à quoi peut bien servir l'appellation peu amène d'empoté à l'encontre d'un chou innocent qui ne pourra répondre qu'au travers de parfums répandus dans la cuisine...

    3
    Mardi 16 Octobre 2012 à 07:42

    Marie-Antoinette appelait son fils Louis-Charles "chou d'amour" mais c'était en lien avec les pâtisseries - exportées d'Italie- qu'elle adorait.

    4
    Mardi 16 Octobre 2012 à 12:24

    les choux, mon chou sont savoureux, feuilles, bourgeons, tiges, fleurs tout est bon, sans oublier, ceux du pâtissier, noter qu'au féminin ça peut donner ma choutte.

    signé : j'ai faim

    5
    Mardi 16 Octobre 2012 à 19:07

    C'ets donc ça un empoté? Un gars qui peut se découper en lamelles avant de finir en potée?

    6
    Mardi 16 Octobre 2012 à 22:54

    Je ne l'imaginais pas aussi torturé !

    7
    Mardi 16 Octobre 2012 à 22:59

    On aurait espérer en effet qu'on fasse une fleur au chou !

    8
    Mardi 16 Octobre 2012 à 23:01

    Pauvre garçon ! Qu'est-il devenu ?

    9
    Mardi 16 Octobre 2012 à 23:02

    Je me suis documenté. Il n'y a pas la moindre feuille de chou dans le chou à la crème.

    10
    Mardi 16 Octobre 2012 à 23:03

    Trop chou ? Contrepèterie ?

    11
    Mardi 16 Octobre 2012 à 23:17

    C'est ce que je pensais comme toi. Viendrait plus vraisemblablement de pot, pote, dans main pote, enflée, engourdie, dont on ne peut se servir que maladroitement.

     

    12
    Mercredi 17 Octobre 2012 à 07:42

    Pauvre chou, oui, mort scrofuleux à 10 ans !

    13
    Mercredi 17 Octobre 2012 à 16:24

    Après XVI, la vie était devenue plus difficile pour les prétendants.

    14
    Mercredi 17 Octobre 2012 à 16:26

    Même farci le chou ne dit rien ... C'est dire sa patience !

    15
    Mercredi 17 Octobre 2012 à 17:15

    Un modèle d'abnégation !

    16
    Dimanche 4 Novembre 2012 à 10:20

    Le mari était appelé mon chat parce que toujours il apposait sa griffe.

    Pluss tard, madame Clémenceau appela son mari mon tigre.

    17
    Martine
    Jeudi 7 Août 2014 à 17:44

    C'est vraiment trop "chou"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :