• Au diable

    Vacances en diable Vacances en diable – juillet 08

    Le diable que j'utilise pour déplacer les pierres de sculpture, transformé en jouet.
    Un enfant, c'est moins lourd qu'une pierre ; et beaucoup savent nager.*

    Le mot du jour (après chute vélo) :
    « Ma blessure est grande comme un feu d'artifice !»
    Oh ! la belle rouge !


    * Extrait des commentaires de la Cicatrice.

    Cailloux

    J'ai cueilli des cailloux
    devant la porte de ma maison.
    Je les ai jetés dans l'eau.

    Ils ne savent pas nager !

    Justine

    « Fils des âges farouchesDu lion »

  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Juillet 2008 à 12:15
    Ayant déménagé 6 fois en neuf ans, je confirme: le diable est le meilleur ami de la femme.
    Là où j'habitais petite, une pierre se disait : "un gadin". Et une chute de vélo, "prendre un gadin".
     D'où la réplique culte, dans " Caisse de brune":
    Jean Gadin : "t'as de beaux bleus, toi, tu sais..."

    (voui, c'est l'été, et je me lâche aussi!)
    2
    Lundi 21 Juillet 2008 à 21:51
    On disait – on dit peut-être encore – dans le canton de Vaud, gadin pour layette. Faire le gadin d'un enfant.
    Et, autre réplique de Jean Gadin : « J'essaie, j'essaie, j'essaie.»
    3
    Lundi 21 Juillet 2008 à 23:17
    "Diable, diable, dit-il en se grattant la tête..." (Victor Hugo)
    4
    Mardi 22 Juillet 2008 à 23:20
    Du même, mais dans Lucrèce Borgia, cette fois :
    « C'est qu'il faut que la queue du diable lui soit soudée, chevillée et vissée à l'échine d'une façon bien triomphante pour qu'elle résiste à l'innombrable multitude de gens qui la tirent perpétuellement.»
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :