• Best-sellers

    Jacques Brémond

    Ouverture du colis

     

    Un envoi de livres de Jacques Brémond*, c'est du bonheur avant même d'ouvrir le colis. L'adresse peine à trouver un espace au milieu des timbres.

    L'ouverture doit s'effectuer avec le plus grand soin tant les différentes couches sont serrées – Pelures d'oignons en prévision d'un hiver rude. Tout papier est bon à emballer : cartons d'emballage de vins de pays ; chutes d'impressions ; prospectus publicitaires... Aujourd'hui, Best-sellers. Bravo et merci Casa pour cet humour. Involontaire ? J'ai comme un doute.

    Pour les livres, promis à bel avenir :

    Yann Miralles, Jondura Jondura ;

    André Benedetto, Avignon, suite

    Association Lire Écrire Agir, Silex

    Françoise Hàn, Le double remonté du puits suivi de Lettre à Brigitte Gyr

     

    * Lekti-écriture écrit avec justesse que Jacques Brémond est certainement l’un des plus grands éditeurs français de poésie de la fin du XXe siècle.

    « Non je n'ai pas changé (les couches)S'oublier »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 06:38

    Triple A pour les éditions Jacques Brémond !...

    2
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 07:18

    jamais déçue, je vais en commander après ma balade.

    3
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 08:57

    Je ne connais pas de Best Sellers, je connais Peter Sellers.

    4
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 18:27

    Je me suis un peu renseignée sur ce Miralles qui endure dure. Jeune et prometteur ! La chance de recevoir un tel paquet !

    5
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 22:47

    À supposer qu'il ait besoin d'une note.

    6
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 22:48

    Jacques Brémond est annoncé au Printemps poétique de la Suze, en mars.

    7
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 22:51

    À ne pas confondre avec Popeye the Sailor...

    8
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 22:54

    Archéoésie est un bien joli mot.

    Absent d'Internet jusqu'à ce jour.

    9
    Dimanche 15 Janvier 2012 à 23:00

    Je découvre également. Le premier poème, sur un spectacle d'Andres Marin, met des mots sur l'espèce de pensée aux contours flous du regardeur d'un spectacle de danse.

    10
    thé âche
    Jeudi 7 Août 2014 à 17:54

    de l'archéologie postale, ouvrir après repérage, quadrillage, numérotation, couche après couche avec pinceaux, gants, lunettes etc...

    ça met la salive à la cervelle,

    signé un amateur d'archéoésie

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :