• Ça va quand même

    Ça va quand même

    Je chine à l'occasion dans les bourses aux collectionneurs, des cartes postales des années 1900.

    Tranches de vie en tiroirs.
    Quand l'image dit ce qu'on n'ose écrire.

    Ce couple radieux cache la détresse de Berthe :

    Cher frère,
    Je t'envoie une petite carte de Ste-Barbe.
    J'espère qu'elle te fera plaisir.
    Ta sœur Berthe qu'elle ne t'oublie pas.
    Tu demanderas à Germaine si elle a reçu sa carte de Ste-Catherine que je lui ai envoyée.
    Marcel non plus ne pense pas beaucoup à moi, mais enfin c'est un grand malheur d'être un bâtard comme moi.
    Je sais qu'on ne m'aime pas.
    Mais enfin ça va quand même.
    Ta sœur Berthe



    Billet paru en 1916 2008.

    « Pas chienSe baisser »

  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Août à 07:12

    Wouahou ! ça cogne dur dans les sentiments !...

    Cette pauvre Berthe esseulée se console peut-être en songeant à Germaine

    qui risque bien de finir "vieille fille"...

    "Tranches de vie" comme tu dis, pour les "tronches de cake" ?...

      • Lundi 20 Août à 08:31

        À un siècle de distance, c'est l'expression d'un profonde détresse, dans un monde lui-même en profonde détresse.

    2
    Lundi 20 Août à 07:18

    Les bons sentiments......

      • Lundi 20 Août à 08:33

        Cela a été une de mes premières rencontres avec la poésie, dans les cartes postales que conservait mon arrière-grand-mère.

    3
    Lundi 20 Août à 10:40

    étonnant ça me cause les joues roses et l'uniforme pour des sentiments profondément puisés

    signé : P S : rien à signaler

      • Lundi 20 Août à 23:16

        L'uniforme ne t'irait pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :