• Cherchez l'erreur

    Nicolas PoussinNicolas Poussin réservait ses couleurs claires pour les sujets féminins et donnait à ses sujets masculins un teint bronzé.
    Ainsi, dans Mercure, Hersé et Aglaure*, reconnaît-on immédiatement  les femmes du trio à leur peau pâlote.**
    Avec le ton le plus foncé pour l'arrière-plan, et sans me préoccuper du genre, je prends un peu de distance avec le maître classique, quoique dans l'exemple ci-dessous l'image de gauche (repérée par E/A) ne suit pas la règle fixée – mais l'erreur ne s'est pas reproduite.

     

     

    Yves Barré
    Linogravure sur papier Kraft, format A5

     

    * Source Wikipédia
    **Je fais abstraction des bambins qui devraient être en pyjama à cette heure tardive.

    « PenchantDe bois ? Mon œil ! »

  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Septembre à 05:23

    - Au lit, les gamins ! au lit ! demain, y'a école des Beaux-Arts !...

     

     

      • Mardi 17 Septembre à 22:54

        Une petite histoire avant de se coucher ?

    2
    Lundi 16 Septembre à 10:27

    Aglaure après sa rencontre avec Hermès (je ne le connaissais pas sous cet aspect ) fit un très bon modèle pour les artistes plasticiens de l'époque : car les photos étaient en pierre en ce temps là (dixit Julos)

    signé : *

      • Mardi 17 Septembre à 22:56

        Oui, Hermès d'habitude, c'est plutôt costar-cravate.

    3
    yannick
    Lundi 16 Septembre à 12:10

    Les bambins, angelots, petits amours agissent de façon curieuse en soulevant le voile offrant aux deux amants des perspectives moins spirituelles et plus prosaïques. Heureusement dans sa grande sagesse, l'artiste les envoie en pyjama se coucher chacun dans son lit ... non, mais !

      • Mardi 17 Septembre à 22:57

        Oui, tu as vu, il y en a un qui joue avec son arc. Il pourrait blesser quelqu'un. Les parents devraient être plus attentifs.

    4
    yannick
    Mardi 17 Septembre à 07:10

    ... et de l'amour, du désir, une rencontre et cette petite ligne blanche entre eux deux salvatrice ...

    entre les deux couleurs légèrement différées de l'émotion, une tendresse penchée possible ... où pour une fois la chaise absente

    éveille notre regard.

      • Mardi 17 Septembre à 23:05

        Cette ligne blanche séparative se répète dans toute la série.
        Quant à la chaise ou plutôt à son absence, elle avait déjà fait l'objet d'une suite de linos en 2016.

              
             Sans chaise, deux linos, 20 x 15 cm

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :