• Couper court

    Yves Barré

    2019. Voyons voir ce que 2019 a dans le ventre.

    2019 est un multiple de 3. Bon, ce n'est pas le premier ! C'est aussi un multiple de 673 ! Et ce dernier est premier. On ne peut le diviser que par 1 ou lui-même. Autrement dit, ça tourne court.

    Court, comme l'article 673 du Code civil, créé par la loi 1804-01-31, promulguée le 10 février 1804. Qui annonce :

    Celui sur la propriété duquel avancent les branches des arbres, arbustes et arbrisseaux du voisin peut contraindre celui-ci à les couper. Les fruits tombés naturellement de ces branches lui appartiennent.
    Si ce sont les racines, ronces ou brindilles qui avancent sur son héritage, il a le droit de les couper lui-même à la limite de la ligne séparative.
    Le droit de couper les racines, ronces et brindilles ou de faire couper les branches des arbres, arbustes ou arbrisseaux est imprescriptible.

    À bon entendeur...

     

     

    Ci-contre : chêne en hiver, St-Symphorien, 2018

     

    « Du pouvoirScientifique »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 3 Janvier à 07:44

    Mathieu a dû "plancher" sur la question : c'est une source inépuisable dans les querelles de voisinage qui peut d'ailleurs "sauter" une ou deux générations...

      • Jeudi 3 Janvier à 22:15

        Maintenant, si mon voisin a un chêne, je n'irai pas disputer ses glands.

    2
    Jeudi 3 Janvier à 11:00

    deux milles dits neufs : il y a comme une contradiction ? mais relativement au temps (big bang) c'est tout neuf effectivement, et relativement à l'arbre ?

    signé : le gland choit

      • Jeudi 3 Janvier à 22:18

        Relatif certes et il faut se rappeler qu'on n'a pas tous le même an 01.

    3
    Vendredi 4 Janvier à 00:17

    Je suis ennuyé: un de mes amis s'obstine à rester en 2018. Je n'oserai pas lui secouer le cocotier. Ce serait trop violent.

    D'ailleurs, c'est un chêne que tu nous as photographicoter ici.

      • Samedi 5 Janvier à 23:04

        Qu'est-ce qu'on peut faire pour lui ? Lui offrir un calendrier des pompiers ?

    4
    Vendredi 4 Janvier à 07:01

    Rebond d'actualité, généré par ta photo : le dernier numéro de "La hulotte" est consacré au lierre, avis aux amateurs, on s'attache, on s'attache...

      • Samedi 5 Janvier à 23:06

        Je ne regarde plus le lierre de la même façon, mais bon, j'avais fait la même chose pour les taupes et elles mettent le désordre dans mes semis.

    5
    Le Wolf
    Vendredi 4 Janvier à 15:01

    Tu as des lectures passionnantes, dis-donc ! Bonne année.

     

      • Samedi 5 Janvier à 23:16

        En plus, je suis, outre Psychologie de la connerie, dans Le Livre des haïku de Jack Kerouac et Va jusqu'où tu pourras d'Orhan Veli que des amis m'ont invité à lire. Pas loin, se trouvent encore le volume 7 du Manifeste incertain de Frédéric Pajak, consacré à Emily Dickinson et Marina Tsvetaieva. Et Des choses qui arrivent de Jean-Claude Touzeil, ressorties pour y retrouver le poème Correction. J'oubliais le dernier livre de Jacques Brémond –  Les mots & les oiseaux, de Jacqueline Blewanus – reçu ce matin.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :