• Yves BarréDessin à la con septième, version 3.0, 2019, craies Conté sur papier kraft, A4

     


    7 commentaires
  • Yves Barré

    – Vous avez un chien sur la tête.
    – Vous aussi.

     

     


    4 commentaires
  • Yves Barré

    Comme son nom l'indique.
    Avec cette légende : « La chaise est le dernier maillon de la chaîne alimentaire.»
    Je ne garantis pas qu'il y ait un message, ni même un sens, où alors il m'échappe.


    6 commentaires
  • Yves Barré

    Chat des voisins, lézard en gueule, sur les marches de l'atelier, 9 avril 19, acrylique sur papier kraft

    Le titre du dessin décrit la scène dont j'ai été témoin ce mardi. J'ai renoncé à ajouter un soupçon de rouge, ne souhaitant pas souligner un effet dramatique. D'ailleurs, ce n'est un drame que pour la moitié des acteurs.

     


    13 commentaires
  • Yves Barré

     

    À les voir dociles dans le dictionnaire, on a peine à imaginer que les mots ont parfois joué des coudes pour éliminer des camarades plus faibles. Ainsi, pour nommer le dos, dorsum a éliminé tergum.

    Notre modèle ne dira pas qu'il en a plein le tergum de tenir la pose. Et à
    l'heure de se rhabiller, il n'enfilera pas non plus son nichilaudos dont Furetière nous apprend qu'il s'agit d'un pourpoint, une veste riche par devant, & d'une moindre étoffe par derrière.

    Un glossaire de l'œuvre de Rabelais est plus précis dans sa description du vêtement :
    « Nichilaudos, vêtement dont les devants étoient fort riches, et dont le derrière, que devoient cacher d'autres habits, étoit d'étoffe très commune ; ainsi, nihil ad dorsum. Henri Estienne le nomme pourpoint de trois paroisses ; car, dit-il, le corps est de demye ostade; le hault des manches, de cuir; le bas de velours ; et, pourceque il ny en avoyt aulcunement a lendroict du dos, on appelloyt cette sorte de pourpoinct nihil au dos

     

     

    Nu (étude), non daté, plume et encre de Chine, A4


    6 commentaires
  • Yves Barré

    J'avais 17 ans. Dans l'atelier-théâtre, on montait L'Azote de René de Obaldia.
    « Toucher aux pieds de l'armée, c'est toucher à sa tête, et toucher à sa tête, c'est toucher à son cœur, et toucher à son cœur, c'est... » À ce moment, Casimir, à court d'arguments, insultait Justine « Écossaise ! Sale petite Écossaise ! » Elle bredouillait « Casi... Casi... ».

    Je me souviens parfaitement de la réplique de Casimir, mais je ne devais pas tenir le rôle, car je n'aurais pas oublié que « brusquement Casimir embrasse Justine sur la bouche, puis la renverse sur le lit.».

    Ça non, je ne l'aurais pas oublié.

     

    Nu (étude), non daté, plume & encre de Chine sur papier, A4

     


    4 commentaires
  •  

    Yves Barré

     

    On serait interloqué de croiser un gros-cul dans le Manuel des dames ou l'Art de l'élégance, sous le rapport de la toilette, des honneurs de la maison, des plaisirs, des occupations agréables. Et pourtant, lisez ce qu'on y peut lire* :
    « Plus le chapeau est élégant, plus l'emballage est minutieux : il faut avoir des bandes de papier de soie, et les placer à cheval tout autour du bord du chapeau en les fixant de place en place par un petit camion, que l'on enfonce dans la couture du bord, afin de ne laisser aucune trace de piqûre.»

    Ce camion là est une petite épingle.

    Chapeau Madame Celnart (auteure du manuel) !

     

     

     


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique