• Dans l'incendie tout a brûlé

    Épineu-le-Chevreuil

    Épineu-le-Chevreuil – juin 2011

     

    Le feu a détruit la maison.

    Au delà de la catastrophe, ce qu'en disent les parents me touche :

    « Le toit est tombé sur les chambres des enfants. Notre fille de 12 ans écrivait un roman, il n'en reste rien. On a tout perdu !»


     

    Dans l'incendie tout a brûlé est un recueil de poèmes de Claude Vaillant. Rougerie a réédité récemment son Oratorio pour un piano bastringue.

    « Chatte au panierRevendication »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 06:13

    Si, comme moi, vous n'avez qu'une idée très floue concernant Claude Vaillant, vous pouvez aller visiter le site qui lui est consacré, ici.

    Cela dit, joli "parallèle" entre image et texte...

    2
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 07:55

    Les uns parlent de tempête, les autres d'incendies ... Sommes-nous assis sur les braises d'un volcan qui peut, à tout instant, tout détruire ?! Ils sont émouvants ces parents qui placent le roman de leur fille avant leurs propres affaires. Espèrons que cette jeune continuera à écrire !

    3
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 07:58

    Merci de donner ce lien vers le site consacré à Claude Vaillant. Comment ai-je pu ne pas y penser ?

    4
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 08:01

    C'était, au milieu des faits divers, la petite note optimiste de mon quotidien régional.

    5
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 12:07

    repartir les mains dans les poches sans aucun objet appartenant au passé..il doit y avoir un blanc énorme..comme un silence..avant de se dire..pas le choix j'avance..

    6
    Jeudi 15 Décembre 2011 à 16:15

    J'ai été touché comme toi

    lorsque j'ai lu cet article dans le journal.

    7
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 11:22

    Elle sortira de l'épreuve plus riche.

    8
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 11:26

    Je pense à ce poème de Kipling qui commence par :

    « Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
    Et sans dire un seul mot te remettre à rebâtir... »

    et se termine par :

    « Tu seras un homme, mon fils. »

    9
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 13:18

    Il ne reste de rien de la fille ou du roman ou des deux ?

    10
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 18:16

    Je n'étais pas sur le registre de la plaisanterie. Les dégâts sont essentiellement matériels, même si dans un incendie, c'est un peu de mémoire qui disparaît.

    11
    thé âche
    Jeudi 7 Août 2014 à 17:55

    érection sur crépuscule seuls les arbres sortent de l'ombre

    on peut faire confiance à la mémoire de la jeune fille

    signé mémoire ligneuse

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :