• Dans les plumes

    R. Cogghe, Combat de coqs en Flandre (détail)

    Rémy Cogghe, Combat de coqs en Flandre (détail) – photo Maïette

     

    La Piscine* à Roubaix expose plusieurs toiles de Rémy Cogghe. Né en Belgique en 1854, Rémy Cogghe est devenu le peintre attitré de la bourgeoisie industrielle roubaisienne.

    Pour son seul Combat de coqs en Flandre**, je me ferais gardien de musée ou voleur de poules. Je n'ai pourtant pas goût particulier pour la corrida, la course d'ânes ou le combat de coqs, mais allez expliquer un coup de cœur. Pour la peinture... car au moins, avec la peinture de la fin du XIXe siècle, il y a, sans vilain jeu de mots, à croûter, comme dit Jean-Bernard Pouy*** qui n'y va pas avec le dos du couteau.

     

     

    * Musée d'art et d'industrie André Diligent.
    ** Une reproduction du tableau.
    *** Aux éditions invenit : J.-B. Pouy, Combat de coqs en Flandre (collection Ekphrasis) ; Les Rémy Cogghe de la Piscine, catalogue.

    « Dois-je déclarer également de gros besoins ?Révisons nos classiques »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Avril 2013 à 05:38

    Il m'avait bien semblé reconnaître le père Hugo au premier rang...

    (séance de pose pour le billet de cinq nouveaux francs ?)

    2
    Mercredi 17 Avril 2013 à 06:50

    Peut être que l'artiste tournant le dos à une morale factice reconnaît dans son geste la part violente qui le traverse ?

    Le papotier tout à coup sérieux et interrogatif !

    3
    Mercredi 17 Avril 2013 à 11:42

    à croûter et non à manger, j'imagine la dureté de la viande de coq, sarurée, après le combat, même marinée, ça doit être immangeable.

    signé : le gars lit nassé

    4
    Mercredi 17 Avril 2013 à 13:26

    Sur les goûts et les couleurs, y a pas à ergoter.

    5
    Mercredi 17 Avril 2013 à 17:14

    Je regardais les pattes... Ces deux coqs ont-ils vraiment conscience qu'ils sont armés?

    6
    Jeudi 18 Avril 2013 à 21:42

    Cogghe croquent des coqs sans cocasserie.

    7
    Vendredi 19 Avril 2013 à 08:28

    Et l'inspecteur Kojak mène l'enquête...

     

    Qui chercherait un sens à cette réponse et à celle donnée à Yannick risquerait de se briser les méninges.

    8
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:01

    ... ou la mort s'emmêle.

    9
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:03

    S'ils avaient une conscience, ils resteraient peinards à faire la (basse) cour aux poules.

    10
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:07

    Quoique !

    11
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:10

    On peut sans doute tirer un oreiller des plumes.

    12
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:12

    Le tableau de Cogghe date de 1889. Il y aura bien d'autres parts violentes quelques années plus tard.

    13
    Vendredi 19 Avril 2013 à 09:14

    Jean-Bernard Pouy y reconnaît également Émile Zola, tenant un tract à la main.

    14
    Vendredi 19 Avril 2013 à 16:47

    A mon avis le voleur de poules qui chapardera le tableay de Cogghe aura de quoi croûter !

    15
    Vendredi 19 Avril 2013 à 17:18

    Il lui faudra de bonnes dents.

    16
    oncle Pa
    Jeudi 7 Août 2014 à 17:38

    Dans les plumes,

    des cris jaillisent

    et 

    la vie s'en mêle

     

    oncle Pa

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :