• De bois

    Stéphane Mahé (Reuters)À l'heure des tablettes, le crayon résiste, se rend indispensable. Symbole de l'école, symbole de la communication*, voilà qu'il est en passe de devenir un symbole de liberté. Le crayon guidant le peuple. Titre de la photo de Stéphane Mahé, saisie lors de la marche républicaine du 11 janvier 2015.

    CrayonUn mois plus tôt, le crayon brisé illustrait, en couverture de Marianne, un dossier sur l'échec de l'école. On pourra voir plus qu'un lien entre cet échec scolaire et les attentats contre Charlie hebdo.

     

     

     

     

    * À propos du crayon qu'elle utilise dans son logo, une agence de communication italienne consacre une belle page à l'histoire de cet objet, en convoquant à l'occasion Paolo Coelho qui fait descendre l'homme sage du crayon.

    « Sciatique ?De zamac »

  • Commentaires

    1
    Yannick
    Mardi 20 Janvier 2015 à 05:49

    Bourvil, visionnaire les chantait déjà !

    2
    Mardi 20 Janvier 2015 à 06:16

    facile.. ce haro sur le baudet encore et encore... là aussi il faudrait se soutenir.parents enseignants gouvernement et ne pas se tirer dans les pattes même si c'est moins grave que dans la tête.

    tiens hier on me disait.. c'est un jeune coiffeur de formation , il cherche du travail : un patron lui dit je veux bien t'embaucher à l'essai mais tu ne dois plus t'appeler Amhed mais Olivier.. Est-ce la faute de l'école quand une personne de couleur ne trouve pas de travail avec un bac +5 ? Dans l'éducation nationale, je n'en ai guère croisé.ça m'a toujours interpelée...

    l'école à revoir sûrement mais en amont aussi..

    3
    Mardi 20 Janvier 2015 à 08:34

    l'école ne va pas bien, on ne prend pas sa température avec un crayon, on peut juste noter les degrés de fièvre, et les travaux qu'il faudrait entreprendre.

    signé : en retrait de crayon

    4
    Mardi 20 Janvier 2015 à 09:24

    Un beau symbole, le crayon, même s'il ne paie pas de mine...

    Pef et Rue du monde :

    La réaction en dessin de Pef à l'attentat contre Charlie Hebdo - PEF

    5
    K
    Mardi 20 Janvier 2015 à 12:45

    ... Ne pas s'en mêler ?

    ...

    6
    martine
    Mardi 20 Janvier 2015 à 14:39

    Si nous avions tous au moins un crayon ......... peut-être y aurait-il moins de maux .......et plus de mots......

    7
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 13:03

    Préoccupant, mais certainement pas une fatalité. Il ne faut pas casser le crayon parce qu'il a mauvaise mine. Il faudrait peut-être - pour poursuivre la métaphore- mêler nos couleurs et nos talents.

    8
    Mercredi 21 Janvier 2015 à 22:48

    @Yannick – Et ne parlons pas de l'oranger sur le sol irlandais.

    @phodilettante – En Hamon aussi !

    @thé âche – Et ce n'est pas en cassant le crayon qu'on fera retomber la fièvre.

    @Topa – Tout en tendresse. Un dessin qui a un côté intemporel et universel.

    @K – ... ni se mélanger les pinceaux !

    @martine – J'ajoute qu'on pourrait se le caler sur l'oreille... pour plus d'écoute.

    @Lily – À propos de métaphore, tu as sûrement lu l'extrait de Paolo Coelho.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :