• Des images en d'autres lieux

    La chambre est froide, nue, blanche. Le cerf allongé sur la paillasse. Mort. Sa tête pend. Le sang a coulé en trois minces filets. C'est une photo d'Éric Poitevin. Laurent Deheppe écrit à la suite Évangile. Ressuscite en quelques mots la bête. Lui redonne grandeur.

    Vous avez pu les manquer, il est encore temps de rencontrer le photographe et le poète sur le site Mille lieux.

     

    L'illustration ci-dessous, choisie dans Roti-Cochon* vient en contrepoint et marque simplement la continuité dans le temps des préoccupations des poètes, peintres, photographes....

    Roti cochon

    * Roti-cochon. Méthode tres-facile pour bien apprendre les Enfans a Lire en latin & en françois. Voir aussi Latin de cuisine.

    « ... la France est foutueLièvre au bec d'oiseau »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 06:07

    Et le saut du cerf pas si loin de chez nous...et la forêt en flammes d'automne...

    et la chasse encore qui courre avec deux "r"...vènerie à cor et à cri...

    Fredon du papotier !

    2
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 07:40

    je ne vois plus l'étang des molières de la même manière. il reste l'empreinte de la bête éperdue en son milieu et les cris inhumains des chasseurs, des voyeurs.

    3
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 12:13

    La biche ne s'use que si onze cents cerfs...

    4
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 15:28

    autres temps mêmes crimes. le temps ne fait rien à l'affaire quand on est (nait) con... chantait Georges qui n'avait pas sa guitare dans sa poche?

    signé : le croc niqueur

    5
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 23:04

    La légende raconte qu'un serf poursuivi par son seigneur a sauté a cet endroit.

    6
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 23:07

    Je renvoie à ton coup de gueule d'octobre pour qu'on comprenne ton commentaire.
    Le cerf, au moment de ta prise de vue, était encore vivant.

    7
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 23:10

    Une biche parmi les onze mille vierges ?

    8
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 23:13

    « Pour les chasseurs, les vrais, il faut de la chair tiède avec du sang vermeil...» (Henri Tachan)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :