• Divertissement rare

    Billet paru en 2008.

    Petits bonheurs quotidiens, les commentaires sont un divertissement rare. Et bien que certaines subtilités m'échappent parfois, je m'efforce d'y répondre dans le même esprit. Quelques lecteurs assidus restent résolument muets. D'autres choisissent le canal du courriel ; cette communication privée reste, par définition, privée. C'est le cas du poème qui suit, qui m'a touché.* J'ai néanmoins souhaité partager cette émotion. Avec l'accord de son auteure.

    Ses seins
    Je me laisse aller à vous dire...
    à vous
    peinture bleue si jolie
    et à vous
    mots de poète
    qui courez en dessous :

    Ce que je voudrais avoir
    encore
    la rondeur de mes deux terres.
    Celles
    d'avant le scalpel.

    Mo




     

    * Il venait en écho à un court poème que j'avais déposé sous l'image de Ses seins.

    Ses seins. Paysage aussi. Océan de ses seins.
    On y lit même d'où la Terre tient sa rondeur.

    Ses seins, 1978 ?, encre d'imprimerie sur papier, 28,8 x 38,8 cm

    « Arbre bleuPetite langue »

  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Juillet 2016 à 07:13

    Boeuf sur la langue...

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 07:52

        C'est le moins qu'on puisse faire.

    2
    Flora
    Mardi 5 Juillet 2016 à 07:59

    Emouvant et plein de pudeur...

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 07:53

        Je me permets d'ajouter que certaines confidences sont reçues comme d'authentiques cadeaux.

    3
    Mardi 5 Juillet 2016 à 11:01

    il est des commentaires au bleu et d'autres plus obscurs

    signer : rester poli

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 07:54

        Qui écrit ne peut pas tout dire.

    4
    yannick
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 05:09

    Le premier devint soleil, le second lune. Ainsi jour et nuit, ils m'accompagnent ...

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 08:03

        Courbure

        ta fesse la planète
        pacifique frolé
        par des marins d'eaux fortes

        (S'occupe des filles, Atelier de Groutel, 2011)

         

    5
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 08:22
    Cristophe

    Merci Monique mais tu as élevé l'art du commentaire si haut que j'hésite à me remettre à commenter.  d:-)

      • Samedi 9 Juillet 2016 à 23:09

        Le beau regard de Mo. Dans Être ici est une splendeur. Marie Darrieussecq écrit, à propos de Paula M. Becker, : « Elle est la première femme à se peindre nue, sans doute parce que les modèles sont chers. On n’a jamais vu une femme nue comme ça, ni sexualisée ni magnifiée. »

    6
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 08:45

    Le sein est une pomme dans une poire où pointe un grain de raisin ... Tous les fruits en un * Ou en deux ... *Malcolm de Chazal

      • Samedi 9 Juillet 2016 à 22:54

        Ce poème de Malcom de Chazal est cité dans le livre de Martin Monestier : Immersion en misogynie – Filles, femmes, femelles et autres créatures disséquées à travers la réflexion et le fait divers (Le Cherche midi, 2016)

    7
    Martine
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 10:46

    Mon dernier commentaire avant les vacances .......E M O U V À N T ........

      • Samedi 9 Juillet 2016 à 22:54

        Tu n'emportes pas ta tablette sur la plage ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :