• En vers et contre tout

    Pendant le confinement, la poésie continue sa route, en vers et contre tout.

    Sur les ondes de Radio Grand Ciel*, Louis Dubost rendra compte de deux de mes recueils : Quasi-poèmes et Pas tout à fait mais presque**, dans l'émission la Route inconnue, magazine de poésie contemporaine.

    Un quasi-poème extrait, son illustration itou, de Pas tout à fait mais presque :

     

     Yves Barré

     

    Là où Victor Hugo n’est jamais venu

                                 à Jean-Claude Touzeil

     

    À la fenêtre du champ voisin
    chaque matin le poète
    avait habitude
    de faire le poirier.

    Un jour de ciel bas
    il s’est mis en chemin
    pieds au plafond du nuage.

     

     

     



    * Radio associative chrétienne (– Non ? – Si !), développe une programmation généraliste à dimension départementale (Eure-et-Loir). La revue Décharge est partenaire de l'émission La Route inconnue.
    Passage à l'antenne !es samedi 28 novembre, à 12 h  et dimanche 29 novembre, à 20 h.
    Louis Dubost a été l'éditeur du Dé bleu, puis de L'Idée bleue.
    ** Quasi-poèmes, éd. Décharge et Gros Textes ; Pas tout à fait mais presque, éd. Gros Textes

    « QuotidiennetéHélianthe »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 04:39

    - Tu as choisi ce poème au hasard ?

    - Il n'y a pas de hasard, dit souvent la voisine....

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 10:32

        Réponse 1
        – Oui, pourquoi ?

        Réponse 2
        – J'ai d'abord choisi l'image. Le poème a suivi. Avec du recul, ça jetait un pont entre une photo postée hier sur le biloba. Et au billet de Louis qui annonce te "piller sans vergogne".

         

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 08:12

    Je podcasterai...

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 22:01

        Ce ne sera peut-être accessible que le lendemain ou le surlendemain.

    3
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 11:05

    de cette manière il n'avait pas d'eau dans ses bottes 

    signé : Victor 

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 22:01

        Preuve d'un grand sens pratique.

    4
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 12:09

    Ah, ces maisons… ça me dit quelque chose. C'est bien jean-Claude, casquette et barbe douce plutôt que drue.

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 22:03

        Les maisons, je les ai empruntées à l'enfant que j'étais.

      • Samedi 28 Novembre 2020 à 17:42

        Que tu es encore un peu, sans doute… "Ne (te) quitte pas"…

    5
    yannick
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 15:42

    Fichtrement actuel voire politique !

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 22:05

        Penses-tu que je doive le soumettre à l'appréciation des chambres ?

    6
    Vendredi 27 Novembre 2020 à 19:12
    célestine

    Alors là, j'adore !

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Vendredi 27 Novembre 2020 à 22:12

        Louis Dubost a donné pour titre à son intervention : Du quasi-poème au poème idéal. Et il le démontre ! Vous êtes sur la même longueur d'onde.

    7
    Samedi 28 Novembre 2020 à 07:13
    individu1671137

    Ah mince ! J'aurais dû passer ici avant de commenter le Biloba du jour…

      • Samedi 28 Novembre 2020 à 08:40

        J'ai un temps eu l'intention d'une note de bas de page à propos du titre, genre "Mouais, tu le fais un peu facile !". Ça aurait entraîné une note de note genre "Tu crois pas que tu abuses des notes !", mais j'ai dû lâcher le clavier pour une miction pressante et l'idée avec l'envie sont passées.

    8
    Lundi 30 Novembre 2020 à 09:52

    Bonjour,

    J'aime beaucoup cette idée.

      • Lundi 30 Novembre 2020 à 18:27

        Cette idée ! Oui, mais laquelle ?

        J'ai ajouté un lien vers ton blog La Chanson grise. Pour en avoir lu quelques pages, il y a du grain à moudre, comme dirait mon ami Alain.

    9
    Lundi 30 Novembre 2020 à 18:39

    Bonjour, et merci beaucoup de bien vouloir t'intéresser à mon blog.

    L'idée est celle (j'aurais en effet dû préciser) de marcher pieds au plafond du nuage, et ma souffrance est sans limites pour ne pas l'avoir eue moi-même tant je la trouve bonne.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :