• Erreurs et préjugés

    Cochons

    « L'estomac de l'homme et celui du cochon n'ont aucune ressemblance : dans l'homme, ce viscère a la forme d'une cornemuse, dans le cochon il est globuleux; dans l'homme, le foie est divisé en trois lobes ; dans le cochon, il est divisé en quatre ; dans l'homme, la rate est courte et ramassée ; dans le cochon, elle est longue et plate; dans l'homme, le canal intestinal égale sept à huit fois la longueur du corps ; dans le cochon, il égale quinze à dix-huit fois la même longueur. [...] L'épiploon, c'est-à-dire cette partie qu'on appelle vulgairement toilette, est beaucoup plus étendue et plus chargé de graisse ; et, ce qui est très-consolant pour les âmes délicates qui ne veulent avoir rien de commun avec le naturel du cochon, c'est que son cœur présente des différences notables avec celui de l'homme.
    J'ajouterai, pour la satisfaction des savants et des beaux-esprits, que le volume de son cerveau est aussi beaucoup moins considérable ; ce qui prouve que ses facultés intellectuelles sont fort inférieures à celles de nos académiciens.»*


    J.-B. Salgues, Des erreurs et des préjugés répandus dans les diverses classes de la société. 1823-1830

     

    Ci-contre, Il faut beaucoup d'imagination pour voir un pot de rillettes dans un cochon, 2017, crayons sur papier, 100 x 70 cm

    « Chiffre 7On n'a rien vendredi ? »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Novembre 2017 à 06:42

    peu importe, je ne consomme plus d'homme..

      • Jeudi 23 Novembre 2017 à 21:33

        L'anthropophagie n'est pas de mise dans nos banlieues.

    2
    Jeudi 23 Novembre 2017 à 06:51

    Les Mancelles et les Tourangelles seront aux premières loges...

      • Jeudi 23 Novembre 2017 à 21:34

        Elles vont se disputer la pamaternité du mets !

    3
    Jeudi 23 Novembre 2017 à 10:58

    le patrimoine génétique que nous avons en commun doit dépasser les 90 % ?

    signé : A D N

      • Jeudi 23 Novembre 2017 à 21:35

        Même si on se sent un peu chien ?

    4
    Jeudi 23 Novembre 2017 à 22:55

    La blouse de la bouchère: "Le col et les poignets sont rouges à faire pâlir un cochon mort. Pauvre petit cochon! (Toujours avoir un mot pour ceux qui souffrent.)"

    Extrait de: Les misères de Gérard

      • Jeudi 23 Novembre 2017 à 23:31

        Et le labrador reste à la porte !

    5
    Jeudi 23 Novembre 2017 à 23:38

    Oui, mais en compensation il dort entre Roberte, la bouchère, et Robert, le boucher.

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 09:01

        C'est vrai.
        Du moins dans Les Misères de Gérard (éditions Glyphe), dont la lecture ravira les (im)patients que nous sommes..

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Vendredi 24 Novembre 2017 à 12:04

    une préférence pour les rillettes d'oie

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 22:42

        Voilà une préférence gustative qui réjouit le cochon.

    7
    K
    Vendredi 24 Novembre 2017 à 13:51

    Le cochon serait donc - en interne- pas mal dans la merde, finalement.

     

      • Vendredi 24 Novembre 2017 à 22:43

        Surtout victime d'une réputation imméritée.

    8
    Samedi 25 Novembre 2017 à 00:01

    Et une page de publicité, une, pour Les misères de Gérard. Ah! oui! merci.

    J'ajoute que ce livre rend obsolètes les publications écrites par des médecins, des charlatans, des psys de tous acabits, qui encombrent les rayons des librairies. Ne les achetez plus! Vous avez toutes les réponses dans Les misères, un ouvrage de prévention à l'usage de toutes les générations.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :