• Exclusif

    Femmes dans la rue
    Femmes dans la rue pour la défense de leurs droits
    Le Mans (années 70-80) – Photo Michèle

     

    Françaises, français, belges, belges...
    Pierre Desproges

     

    « a . m . i . e . s ( ) toi aussi tu t'y mets », écrit thé âche dans un commentaire récent..

    L'écriture inclus·yves, ce n'est pas d'hier. J'ai consulté les archives du blog :
    – 27.09.2007 Mon lectorat fidèle s'étonnera de ce jardin de pommes de terre... Un terme générique pour englober lectrices et lecteurs.
    – 10.02.2008 Je tiens à disposition des amateurs – et mateuses* – les références des moulinés DMC. La note de bas de page précisait : * Facile ! Eh oui, c'est dimanche. S'en sortir par une pirouette, est-ce glorieux ?
    – 19.03.2008  Aidons nos amies enseignantes* à préparer sereinement la classe. La note de bas de page précisait : * et camarades enseignants.
    1.05.2008 Pour ceux et celles qui prendraient ce blog en cours... On y était presque , aujourd'hui, on préconise celles et ceux (ordre alphabétique)
    – 7.10.2008 Détournons l'attention du lecteur.* La note de bas de page précisait :  * Je n'écris plus lectrice/lecteur, elle/il pour alléger le style, mais chacun/chacune est invité-e à lire avec les yeux de son sexe – si je puis me permettre.
    – 14.01.2009 Mes ami-e-s parfois me reprochent de les négliger. Comme ils-elles se méprennent ! De mieux en mieux. Aujourd'hui, on tire de l'oubli, le point médian : mes ami·e·s.

    Un moment donc que je m'efforce de lutter contre les stéréotypes sexistes. Mais, aujourd'hui, quand je vois la tronche d'un texte en habit d'écriture inclusive, il me vient comme un doute sur l'intérêt de cette réforme grammaticale. Le Haut Conseil pour l'égalité entre les femmes et les hommes a déjà prévu mon objection. Si le cœur vous en dit :
    – Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, sur le site du HCEfh ;
    – Manuel d'écriture inclusive, sur le site Mots-Clés.

    Note : La revue Causette s'essaie à l'écriture inclusive dans le numéro de décembre. En profiter pour llre aussi, d'une actualité brûlante, l'enquête de Sophie Boutboul sur la mécanique de l'emprise dans les violences sexuelles.

    « « Rêve qui vit dans la dentelle où tu l'as enfermé »Sur la planche »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 00:45
    Cristophe

    Oui ça fait un moment que tu t'efforces de lutter contre les stéréotypes (sexistes et autres), mais n'oublie pas les stéréotypesses !

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 10:10

        Pauvres stéréotypesses, sales stéréotypesses et tutti quanti.

    2
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 05:52

    - Vous aviez pris de l'avance, n'aviez-vous pas ?... (Monsieur Jourdain)

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 10:11

        Et présentement, j'ai comme l'envie de prendre du recul.

    3
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 08:11

    L'écriture inclusive

    enlaidit la missive.

    N'est-ce pas Yves ?

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 10:18

        Et ce n'est pas Victor Hugo qui dira le contraire !

        Celles·ceux qui vivent, ce sont celles·ceux qui luttent ; ce sont
        Celles·ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
        Celles·ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
        Celles·ceux qui marchent pensif·ve·s, épris·ses d'un but sublime.
        Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
        Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
        C'est le·la prophète·prophétesse saint·e prosterné·e devant l'arche,
        C'est le·la travailleur·euse, pâtre, ouvrier·ière, patriarche.
        Celles·ceux dont le cœur est bon, celles·ceux dont les jours sont pleins.
        Celles·ceux·-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.

    4
    yannick
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 09:09

    L'écriture pour être "in" se doit d'être en premier lieu "out" soit out -clusive puis in- clusive ce qui donne

    un entre deux amoureux d'in-out mouvementé inventif, décalé mais tellement régalant ... soit 

    " Maîtrout corbin sur in-out arbrelle percharette s'enfilarait par le beckinout un coulommier baraquette."

     

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 10:29

        C'est bien "inventif" le mot clé de ton commentaire, d'ailleurs, il est pile-poil au milieu dudit commentaire. Or les réformes proposées me semblent replâtrage, comme ces constructions qui prolongent les longères : bûcher, cabane à lapins, abri de jardin...

    5
    K
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 09:21

    Doutes partagés. Et je ne suis pas académicien.

    La question est juste, la réponse ne l'est pas. Cela arrive.

    Débattre du point médian c'est aussi hélas de  quoi taper du point godwin sur la table.

     

     

      • Dimanche 17 Décembre 2017 à 10:40

        Oui, la question est juste, mais on lit dans les recommandations du Haut Comité : « À éviter : organiser un concours de beauté, offrir une rose ou une plante verte au personnel féminin, etc. » Pas glop !

    6
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 11:15

    quand on sait que la langue est quasi figée dans l'esprit des jeunes enfants par la pratique familiale ; les réformes ne sont qu'amuses galerie pour attirer le bulletin et détourner le regard vers des sujets ineptes

    signé : houps

      • Lundi 18 Décembre 2017 à 08:47

        Le renouveau de la langue est dans la rue : bitcoin, ubériser, burkini, selfie, bolos...

    7
    Dimanche 17 Décembre 2017 à 19:33
    celestine

    Mouif...

      • Lundi 18 Décembre 2017 à 08:50

        France inter, ce matin : « les bleues championnes du monde (le journaliste prononce le "e" de "bleues"), les handballeurs garçons »

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :