• Fortuité

    Yves Barré

    Vègre en été, 2019, acrylique, 2 toiles 20 x 20 cm

    Sérendipité pourrait dire Célestine*.
    Cet été, je posais mon séant sur la grève qui longe la Vègre**, pour tenter de saisir la lumière de l'eau. Résultat décevant. Et voilà, que préparant des couleurs pour deux nouvelles petites toiles, l'image de l'eau en mouvement revient en surface. Souvenir remonté comme une bulle.
    Ces jours-ci, la turbidité de l'eau obligerait à dévisser les bouchons des tubes de peinture ocre.

     

     * Commentaire sur le billet du 9 décembre.
    ** On notera que je choisis avec discernement, l'anagramme du nom du ruisseau qui traverse le village.

    « Dimanche à la campagneExemple »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Décembre 2019 à 06:59

    La fluidité de ton esprit n'a d'égale que la vivacité de ton coup de pinceau...

      • Dimanche 15 Décembre 2019 à 17:47

        Et réciproquement.

    2
    Dimanche 15 Décembre 2019 à 08:11

    le ciel est dans l'eau, c'est vaguement bien

      • Dimanche 15 Décembre 2019 à 17:53

        Voilà une remarque fondamentale : peindre l'eau, c'est peindre le ciel. Je fais un parallèle avec les photos de Flora sur le biloba du jour : toutes ses images de la surface de l'eau sont des images du ciel.

    3
    Dimanche 15 Décembre 2019 à 11:03

    Olivier a œuvré ainsi au bord de Loire

      • Dimanche 15 Décembre 2019 à 18:04

        Olivier Debré : dans une tout autre dimension !

        source photo : Dandyland

    4
    Dimanche 15 Décembre 2019 à 11:47
    Time is Monet.
      • Dimanche 15 Décembre 2019 à 18:12

        J'ajoute – note authentique – que je peignais en écoutant Nude for love de Bumcello et, en particulier, ce Money Money.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :