• Indignation

    Yves BarréSur la plage, rejeté par la mer, juin 2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

    Sur la plage, rejeté par la mer, pour ne pas oublier Aylan Kurdi, l'enfant syrien âgé de 3 ans, noyé et échoué sur une plage de Turquie, en 2015. La photo avait bouleversé l'opinion publique. L'indignation touchait les dirigeants de l'Europe. Plus jamais ça. On allait se bouger. Promis. Images qu'on ne verrait plus.
    On a vu. On voit.  Avec 239 personnes récupérées près des côtes lybiennes, c'est, après l'Aquarius, le Lifeline qui ne peut accoster dans un port européen.

    « ÉphémèreL'histoire ne se répète pas »

  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Juin à 08:04

    Vergogna ! Vergüenza ! Shame on you ! Schande ! La honte ! Szégyen ! Wstyd !  etc. etc.

      • Lundi 25 Juin à 22:40

        Pas de mots. Pas d'autres mots.

    2
    Lundi 25 Juin à 12:24

    la colère et d'indignation et puis... une toile pour résumer et entretenir et répéter ce qui s'émousse et s'oublie sur les écrans qui se consacre à l'émotion sans lendemain...

    signé : je persiste et ...

      • Lundi 25 Juin à 22:45

        C'est néanmoins dérisoire par rapport à la gravité des faits.

    3
    Mardi 26 Juin à 09:03

    ta peinture est un havre de paix, ne la colore pas d' horreurs humaines.. même si.

      • Mercredi 27 Juin à 09:33

        La peinture peut aussi témoigner. Je pense à Goya et à ses gravures des Désastres de la guerre ou encore à Jean Fautrier, avec la série des Otages.

    4
    Mardi 26 Juin à 10:58

    les petits ruisseaux font des grandes rivières....

    signé : on cause

      • Mercredi 27 Juin à 09:33

        Certes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :