• Infinie tristesse

    Alain Boudet est décédé.
    La poésie perd un de ses passeurs actifs.
    Je perds un ami.

    Yves Barré

    Alain BOUDET DEBOUT près de la muse, sur l'affiche annonçant une soirée poésie à la Suze.

     

    Le titre du billet emprunte à Ramón Gómez de la Serna une citation que nous avions partagée dans un de nos échanges de courriels :
    « La nature est d'une infinie tristesse. A-t-on déjà vu rire un arbre ? »

    « Paresse estivale 18De la poésie comme ça... »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Août à 08:08

    Oh!! non..pas lui...c'est dégueulasse la vie... c'est injuste... 

    2
    yannick
    Dimanche 29 Août à 09:53

    Un souffle, une larme et une étoile ... il a su nous dire la vie à sa façon ... alors, merci.

    3
    Dimanche 29 Août à 10:10
    thé ache

    reste à chanter avec Brassens les copains d'abord...

     

    4
    Lundi 30 Août à 06:30
    Topa

    "Que sont mes amis devenus

    que j'avais de si près tenus

    et tant aimés... ?"

    (Rutebeuf)

    5
    Lundi 30 Août à 06:57

    C'est une bien triste nouvelle.

    La dernière fois que j'ai vu Alain c'était à Durcet...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :