• La fabrication du livre

    La fabrication d'un livre, c'est l'occasion d'un échange fécond entre auteure, illustrateur, éditeur, imprimeur. Pour exemple, deux courriels concernant la maquette du recueil de Cathy Ko, Un jour je serai*, aux éditions Donner à Voir. Le premier, d'Alain Boudet, où l'on ressent, à la lecture, quelle énergie l'animait, en dépit de sa santé très altérée

     

    Courriel du 20/02/2021 à 14:27

     

    Bonjour Yves,

    Entendu, je vais travailler à la maquette.
    Je pense que les images en 450 dpi « à tel » c’est-à-dire sans réduction de dimension (sauf à en diminuer la surface) devraient convenir. En 600 à plus forte raison.
    J’ai regardé les deux Zipoé (titre de la collection) de 48 pages. Ils comportent tous deux 12 images. Il faudrait donc faire un choix.
    Avec les 24 poèmes (je ne sais pas si le dernier peut raisonnablement tenir sur une seule page…) on a donc 36 (ou 37 pages). 4 pages de faux-titre, ISBN ©, titre, achevé d’imprimer + 2 pages auteur et illustrateur : on arrive à 42.
    Je vais voir avec Jean (l'imprimeur) si on peut ajouter des pages en quadri pour les images restantes.

    Je ne vois pas, de prime abord, quel poème est accompagné des dessins ab07, ab14, ab15 et ab18.Si tu peux m’éclairer…
    Entendu pour que tu réalises la première de couverture.

    On va faire là un très beau livre.
    Ce sera peut-être le chant du cygne des éditions… (c'est moi qui mets en gras)

    Bises,
    Alain

     

    Courriel du 20/02/2021 à 23:07

     

    Bonsoir Alain,

    M'itou, j'ai regardé les Zipoé, mais je n'ai pas le même résultat que toi.
    "Sur ma table" : 31 pages de textes, 11 illustrations + 6 titre, isbn...
    "Twenty-two sandwiches" : 32 pages de textes, 11 illustrations + 5 titre, isbn...
    Pour "Un jour je serai", sauf erreur : 25 pages de textes, 17 illustrations, + 6 titre, isbn...
    Il y a 18 images + celle de couverture

    J'ai fini la dernière aujourd'hui en la mettant à sécher devant le poêle.
    J'ai quelques rouges à reprendre avant de finaliser. Puis je te livre le tout.

    ab07 aviatrice (elle vole, ne cherche pas l'avion)
    ab14 effaceuse ‌(elle nettoie les nuages - j'aurais pu rendre une copie blanche, mais ça a déjà été fait)
    ab15 gestionnaire (peu inspiré, mais faut dire que gestionnaire, c'est pas un métier honnête ;-)
    ab17 elle aide les hérissons à traverser les routes.

    Le cygne ne va pas nous faire le cou de chanter ! Il n'est pas à son avantage dans ce domaine !
    Ah, les abeilles ont pris l'air.
    Il y a quelques jours, une éclaireuse est passée me voir pendant que je mettais des épluchures dans le composteur. J'ai dû attendre qu'elle le quitte avant de refermer ! (nous nous tenions régulièrement informés de l'activité de nos ruches)
    Demain repos. C'est mérité. Je ne m'y remets que mardi ou mercredi.

    Je t'embrasse.
    Y.
    J'envoie les images à Cathy.

     

    Yves Barré    Yves BarréParmi ces deux images du recueil de Cathy : l'effaceuse.

     * Une lecture de Jean-Claude Touzeil sur le blog biloba (3 en 1, billet du 29.09.21)

    « Envie de jaunesImages »

  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Octobre à 05:54

    Le souci du détail et du travail bien fait...

    Pour Alain, chaque livre était une aventure qu'il menait à bien jusqu'au bout...

      • Lundi 18 Octobre à 22:57

        Tout à fait.

    2
    yannick
    Dimanche 17 Octobre à 11:09

    Les racines afin qu'un rêve prenne toute sa place donnent au feuillage sa monture.

      • Lundi 18 Octobre à 22:57

        Il y a tout ce travail de l'ombre, c'est bien là la place des racines.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :