• Les Amours d'un poète

    Avec Les Amours d'un poète, Louis Barthou me promettait de ne rien celer de la vie amoureuse de Victor Hugo. Et voilà que, dès le premier chapitre, il s'égare et donne la vedette à Sainte-Beuve qui fantasmait sur Adèle. « Poète béat, confit et fort laid » écrit Alphonse Karr qui l'avait dans le nez et lui trouvait « les vers au moins médiocres.»

    « Elle est là, mon Adèle, oh ! je me la figure,
       Elle est là, je la vois, dans la vague posture
       D'une femme qui rêve, étendue à demi ;
       Le sombre époux l'enferme, elle rêve à l'Ami ;
       Elle se dit qu'il l'aime et qu'il n'aime rien qu'elle.»

    Toutes ces répétitions ! Parler de soi à la troisième personne – avec majuscule – n'a pas empêché Sainte-Beuve d'être élu à l'Académie française. Immortel depuis le 14 mars 1844. Bon anniversaire Charles-Augustin.

    Ma documentation pour préparer ce billet : en plus du livre de Louis Barthou, j'ai lu Les Amours de Sainte-Beuve, un recueil dont il souhaitait une publication posthume, mais qu'il a fait paraître bien avant sa mort.


    10 commentaires
  • Les Amours d'un poète

    Vendredi – c'est pas vieux – l'homme à la voiture jaune me remet deux enveloppes.
    La première : Comme en poésie, n° 77 de la revue. Je vais y revenir.
    Je décachète la seconde avec fébrilité, pour en dégager Les Amours d'un poète, de Louis Barthou, illustré de dessins de Victor Hugo. Je ne vous présente pas Victor Hugo. Eh bien, vous n'allez pas me croire, Victor Hugo lui-même en signe la dédicace à mon nom. Dire si l'émotion m'a noué la gorge.

    Hugo

    Je ne connais que Totor – qu'il m'autorise cette familiarité – pour user ainsi d'un subjonctif plus-que-parfait.
    Voilà qui authentifie, s'il en était besoin, l'autographe du poète.
    Et pour assécher tout doute, j'ajoute ce qu'écrit Jean-Pierre Lesieur dans l'édito de Comme en poésie (page 1) :
    « N'est pas Victor Hugo qui veut.»

     

     


    11 commentaires
  • L'Agendada

    Vient de paraître, L'Agendada de Werner Lambersy. Numéro 136 de la collection Ficelle, chez Rougier V éditeur. Je l'ai illustré de quelques culs-de-lampe et d'une lino.

    Cet Agendada est un recueil d'aphorismes dont il est prévu quatre livraisons, une à chaque année nouvelle.

    Ce qu'on peut lire en 4e de couverture :
    « Ces courts propos parfois déroutants, impertinents libèrent notre esprit encombré par d'évidentes absurdités rencontrées au quotidien.»

     

    L'Agendada


    10 commentaires
  • Yves Barré

    À propos des illustrations du recueil Oiseaux de Paul Badin, aux éditions Vincent Rougier.

    Pour faire le portrait d'un oiseau
    peindre d'abord le paysage
    mieux encore l'emprunter aux gravures
    de l'Histoire naturelle de Buffon
    puis découper
    dans la tapisserie du salon
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    pour le plumage de l'oiseau
    et se retirer
    sur la pointe des pieds
    pour ne pas éveiller
    les soupçons de filoutage.

    On a bien compris que cette description du procédé de fabrication des images est inspirée de Jacques Prévert.

    La réalisation fait appel aux ressources d'un logiciel de traitement ad hoc. Pour l'image qui agrémente le tirage de tête, c'est une paire de ciseaux tenue par mes doigts habiles qui a fait le découpage.

    À mon regret, je n'ai pas su trouver le nom du graveur – il semble qu'il y en ait plusieurs – dans l'édition des Œuvres complètes de Buffon* en ma possession.

     

    * Duménil éditeur, Paris, 1835-36 pour les volumes consacrés aux oiseaux.


    8 commentaires
  • Yves BarréTout frais cousu à l'atelier de Vincent Rougier, le petit dernier de la collection Ficelle : Oiseaux, de Paul Badin, illustré de mes images.

    Voici ce qu'écrit l'éditeur dans son communiqué de presse :

    « Oui les oiseaux m’interpellent, plus rapides à saisir la proie, plus causeurs matinaux, plus familiers, plus et plus tu meurs !
    Paul Badin, grand poète, initiateur, observateur, nous en offre quelques notes écrites en prose poétique.
    Yves Barré l’illustre, à la façon de Jacques Prévert, de ses oiseaux découpés dans du papier tapisserie collés sur des gravures de l’Histoire naturelle de Buffon.
    Un régal d’esprit champêtre

     

    Livret broché couture plate, 300 ex. et 12 ex. en coffrets tirages de tête agrémentés d’un collage original.
    Présenté en enveloppe «Mail Art»
    40 p., 10,5 x 15 cm.
    Tirage courant : 9€
    ISBN 979-10-93019-48-2


    11 commentaires
  • Quarante jours...

     

    Périodiquement, le bibliothécaire désherbe et retire des rayons les livres incorrects, ordinaires, usés, périmés, inadéquats*.
    À la faveur d'un désherbage, les "Quarante jours préparatoires à la première communion"**  sont entrés en ma possession.
    Ce petit livre de 48 pages s'adresse exclusivement aux jeunes filles. Chaque page, consacrée à une fleur, redouble de pieux conseils et invite la fillette à évaluer ses progrès sur la voie du sacrement.
    Ici, elle a noté 3.
    Je me demande quels sacrifices de ma curiosité, je ferais, en ne regardant pas ce que j'aurais envie de voir.

     

     

    * En mettant en œuvre la méthode IOUPI (en savoir plus)
    **  Imprimatur nihil obstat, Lingonis, 1933


    10 commentaires
  • Yves Barré

    Je ne lis pas que des bons livres.
    Dans Data life en 35 maps et 250 infographies*, j'apprends que con­sommer des cornichons permet de réduire l'anxiété sociale. Ne manquez pas de me remercier pour ce précieux partage du savoir. J'apprends aussi qu'à l'imitation des bonobos sans doute – tant de secrets de la jungle nous sont encore celés – les éléphanteaux se sucent la trompe pour se rassurer.
    Une mine d'infos étonnantes pour briller en société quand on ne lit pas de poésie.

     

    * Data life en 35 maps et 250 infographies by NEON, Hugo Images, 2017


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique