• Rouge

    Gaillac

     

    Les dictionnaires me plaisent. Pour l'ordre qui y règne.* Des deux que je viens de croiser, je relève à l'article rouge :

     

    ROUGE

    – Jojo s'est fait pincer !

    – ???

    – Ben,  oui, il a mis du rouge dans sa voiture.

    En clair : Jojo n'a pas fait couler quelques litres de vinasse dans le réservoir de sa Peugeot, mais il y a versé du fuel domestique qu'il n'a le droit d'utiliser que dans ses machines agricoles.

    (Marie et Hubert Deveaux, Il faut bien que génisse passe – Dictionnaire de la campagne, Chiflet & Cie, 2010)

     

    ROUGE, adj. et n.m.

    Être dans le rouge, avoir l'esprit communiste dans un environnement capitaliste.

    (Christophe Alévêque et Hughes Leroy, Le Petit Alévêque illustré, Chiflet & Cie, 2009)

     

    Pour faire bonne mesure, j'ajoute, à l'intention des cruciverbistes de l'Humanité :

    Feu rouge (en six lettres)

    Ça les changera de dictateur (en six lettres).**

     

     

     

    * N'allez pas croire tout ce qu'on vous raconte.

    ** Relire Gérard Mordillat ; extrait de Vive la Sociale.


    14 commentaires
  • Procédures du silence, de Jérôme Villedieu, est le dix-neuvième titre de la collection Choisi, tout frais sorti des presses de l'atelier de Groutel.

     

    Procédures du silence

     

    Robert Morel, éditeur-poète, publiait en 1966, sa Célébration du silence, "un livre avec des pages blanches, rien que pour notre envie de remplir".

    Jérôme Villedieu ne célèbre pas : il suit la procédure.

    Je ne connais pas Jérôme Villedieu, mais j'imagine à le lire qu'il est homme de  médiation. Qui, par extension sémantique, parle de procédure pour décrire une démarche d'écoute, sinon le psychologue ou le travailleur social ?

    Procédures du silence.

    Silence pour faciliter le passage des mots, défaire le nœud au ventre, réveiller la mémoire. On comprend que ce silence est peuplé et qu'il laisse la plus large place à l'écoute. Le bonheur du poète, c'est s'être emparé de ces moments d'écoute – professionnelle ? – pour offrir des textes qui nous atteignent, lecteurs, dans notre propre capacité à dialoguer et partager.
    Avec goût, Jacques Renou a composé les poèmes en caractères mobiles en plomb et illustré les pages de fleurons imprimés dans une subtile couleur "jaune vieux".

    Le portfolio – 32 pages – est disponible à l'atelier de Groutel, 25 Groutel, 72610 CHAMPFLEUR

    18 € + port : 1 €

     

    « il ne reste qu'à partir » : le titre du billet est le dernier vers du recueil.


    12 commentaires
  • Dans la livraison de Jacques Brémond : Généalogie de l'algue de Jean-François Agostini et Si les felos traversent par nos poèmes ? de James Sacré.
    James Sacré, décidément. Je n'avais pas dit, mais le même jour arrivaient Des pronoms mal transparents, dans l'édition du Dé bleu de 1982 et Passage par sept poèmes d'un autre livre, exemplaire 26/100 de l'édition originale, 1993.

    Du livre de James Sacré, je ne saurais rien dire de mieux que Yann Miralles.

    Si. Pour la couverture, le Moulin à papier de Brousses a spécialement fabriqué un très beau papier coton et lin truffé de paillettes.


    J.-F. Agostini, Généalogie de l'algue
    Dans Généalogie de l'algue, le vers régulier – douze pieds – de Jean-François Agostini s'appuie sur les marges gauche et droite. Comme un grimpeur dans sa cheminée, jambes et bras en opposition. Ça tient. Et crée des fissures, des blancs, dans lesquels circule le regard. On se prend à scander le poème, chercher les ruptures.
    Les paysages et la vibration de l'air sont du sud : bord de mer, maquis, garrigue. Pin parasol, genévrier.
    Les bruits et sons de tous lieux où vivent les hommes : aboi d'un chien, clac des poignées lâchées, son de l'horloge à quartz, rafale d'un pic épeiche... Et c'est quelquefois la voix saisie au bond qui décide du poème :


    Assis   sur les vingt-quatre saisons d'un fauteuil
    allibert blanc  on attend qu'un client se pose
    et dise quelques motsque nous ferons poème


    12 commentaires
  • J'ai toujours plusieurs livres en cours – de lecture.

    Un gros : Mille ans de langue française*. Dans lequel Alain Rey note que Si le procédé du verlan, qui renverse les syllabes, est ancien (Louis-Jean Calvet signale un Bonbour pour Bourbon en 1585), il était assez rare pour qu'Auguste Le Breton ait cru l'avoir créé avec quelques autres malfrats, en 1940-41

    Un autre : Le Moyen de parvenir de Béroalde de Verville (1556-1626). J'y lis : Mais pourquoi dit-on confitures, que ne dit-on pas fitoncures, ou fitures-con, & tant d'autres qui commencent ainsi comme congrégation, conscience.

     

    – Portenawaque ! 

     

    Caisse de livres

    Quleque part en Mayenne juillet 2011

     

    * Alain Rey, Frédéric Duval, Gilles Siouffi, Mille ans de langue française, histoire d'une passion, Perrin, 2007, p. 1234


    16 commentaires
  • Faut toujours que j'aille explorer des voies inconnues. Des ruelles tordues. Des impasses.

    Pour une affaire de Chaperon Rouge, j'ai d'abord voulu approcher l'inaccessible coquelicot avec les susdites fleurs. Devenues rares : saison passée. Collages* et impressions. Idée abandonnée.

    Des heures durant, j'ai gratté à la plume des forêts des clairières des statues antiques. Le parcours de l'enfant.. Autre idée abandonnée. En marge**.

    J'ai tracé au stylo-bille rouge une évocation des choix qui s'offraient au Chaperon. Chemin des épinettes. Chemin des aiguillettes. On a gardé. En culs-de-lampe.

    Au plus près du récit de Claude, j'ai repris mon fusain. Celui qui m'emplit la main. Et un plus mince. Pour les détails. Format raisin – ne pas abuser. Avec l'auteur et Joëlle Brière, l'éditrice, nous en avons gardé six. Pleine page.

     

    Enfin. Élégante et rythmée, la maquette d'Isabelle Mouton, graphiste, me (nous) rend fier(s) de ce dernier livre de la Renarde rouge.

     

    Claude Vercey, Une affaire de Chaperon Rouge, illustrations Yves Barré, éditions de la Renarde rouge, 2011, 18 €

    Cette belle affaire, on peut la trouver en librairie ou aux éditions (Bon de commande).

     

    Une affaire de Chaperon rouge (étude)

    Étude – ça pose, mais c'est simplement une page du cahier de brouillon. On remarquera qu'il y avait deux chiens.


     

    * Cramoisi        ** Repos de la plume

     

    Un clic sur les images renvoie aux articles.


    10 commentaires
  • Une affaire de Chaperon rouge Un chaperon rouge lui sert de coiffe et de surnom. On connaît l'histoire. Enfin, ce qu'on nous en a dit. Comment ça se termine, les versions diffèrent. Claude Vercey en fait son affaire. Une affaire de Chaperon Rouge.
    Le conte traditionnel prend des chemins de traverse. La mère, qui a expédié la fille porter pot de beurre et herbe pour les lapins, attend son loup. Repos du chasseur. Là-bas, mère-grand grelotte sous une peau de mouton. Chaperon à travers bois. Plus une enfant. Ouvre de grands yeux. Délurée. On se dit que la chevillette va choir. Elle choit. Morceau de roi. À la fin, on n'est plus sûr de rien.

    Désordre dans l'histoire. Tous ces fils qu'il a défaits, Claude Vercey laisse le lecteur les renouer. Le rend complice. Avec humour et détachement.

     

     

    Claude Vercey, Une affaire de Chaperon Rouge, illustrations Yves Barré, éditions de la Renarde rouge, 2011, 18 €

    Cette belle affaire, on peut la trouver en librairie ou aux éditions 

    (Bon de commande)


    8 commentaires
  • Château-Gontier 8 avec barreur sur la Mayenne à Château-Gontier

     

    – Mal barré ?

    – Non, je rame à écrire le billet de demain sur un très beau livre tout juste sorti des presses : Une affaire de Chaperon rouge de Claude Vercey, aux éditions de la Renarde rouge.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique