• Hercule (détail) Dans les Spicilèges amoureux de Mr Ploton – les miscellanées consacrées à la sexualité – il apparaît que les boules de Geisha... ne sont pratiquement pas utilisées au Japon... où Chichi (乳) est la perversion consistant à donner le sein à un sujet adulte.*

     

     

    * Éditions Blanche, 2008

     

    Ci-contre : l'Hercule Farnèse du Jardin des Tuileries tient des pommes dans sa main.


    16 commentaires
  • Pourquoi ? – Dis-moi ce que tu lis, je te dirai...

    – Ça ne va pas être facile...

     

    En ce moment, le témoignage d'une vie plutôt mal partie. Acheté parce l'auteur s'appelait Anita. Pas celle de la Pêche à la baleine ! Ici, c'est un pseudonyme. Que l'auteure oublie au cours de son récit.  Je lis, page 11 : « Le diminutif de mon nom est Nicou.» Annick, vous auriez pu être plus attentive !

     

     

     


    10 commentaires
  • Fleur de courgette Au jardin, première fleur de courgette de la saison.

    C'est un garçon !

     

    J'achève le premier volume de Prostituée.*

    Dans les mansardes des maisons cossues, les bourgeois lutinent les bonnes que les bourgeoises congédient aux premières rondeurs.

    Le roman vaut beaucoup pour les opinions portées en marge du récit. Victor Margueritte, la légion d'honneur, on n'aurait jamais dû la lui donner !**

    Portrait d'un petit juge*** :

    « Non que l'honorable sous-chef  fût un malhonnête homme. C'était, en dehors de sa manie, un homme comme la plupart, ni bon, ni méchant, qui avait été élève passable, puis bachelier, puis employé. Il avait, sur toutes choses, des opinions immuables, celle qu'une moyenne éducation universitaire lui avait données. Incapable d'une idée générale, d'un jugement personnel, il était un des innombrables produits de cette machine à décerveler, qui fonctionne, avec privilège de l'État, sous le nom d'enseignement secondaire. La société pour lui était bien faite. Il n'avait jamais réfléchi au comment, ni au pourquoi.  Esclave né du principe d'autorité, il emprisonnait, arbitrairement, des innocentes, d'abord parce qu'il touchait pour cela, à la fin du mois, de réguliers appointements, ensuite parce qu'homme d'ordre, d'économie, bon mari et bon père, il estimait n'avoir affaire qu'à des coupables.»

    Ça ne vous rappelle pas quelqu'un ?

     

    * Comment j'en suis arrivé là !

    ** Lire le commentaire de Topa sur l'article précédent.

    *** p. 107. Quelques pages plus loin, une charge contre le Bon Pasteur (« Ces maisons-là, c'étaient des prisons pires que les autres.»)


    10 commentaires
  • Victor Margueritte

     

    Sur le dernier vide-greniers visité, j'ai fait emplette de livres pieux*.

    Sur un autre de ces lieux de déballage, un ami** a déniché cette Prostituée – roman en deux volumes – qu'il m'a offerte***. De M. Victor Margueritte.

    Ça commence fort : la jeune Annette a été raflée sur un trottoir par Brice l'Auvergnat. Au violon ! Nous, on sait que c'est une injustice, mais pas le fonctionnaire suspicieux. Pauvre petite couseuse ! – elle est couseuse. Sa chair de vierge tressaille d'une horreur secrète.

     

     

    * Authentique !

    ** Je soupçonne sa complice d'être aussi sa compagne. Et réciproquement.

    *** Ah oui ! L'accord je le vois là !


    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique