• Carte postale ancienne Voici l'image qui aurait donné l'idée à Félix Lévitan, alors directeur du Tour de France, de distinguer le meilleur montagnard des coureurs.*

    De ses anciens camarades de l'école de journalisme, Félix Lévitan recevait régulièrement des cartes grivoises qu'il collectionnait. Au verso de celle-ci, Lulu – on n'a pas retrouvé son identité – avait simplement écrit : « un fameux grimpeur !!! »

     

     

    * Précisons, pour Léonie Laroue, que le meilleur grimpeur du tour de France porte un maillot blanc à pois rouges.


    8 commentaires
  • Tout est parti du biloba qui nous proposait ces derniers jours, trois définitions pour le cabiai. Le cabiai, je sais ce que c'est : mon grand-père le chassait à son retour de prisonnier de guerre.

    Mais je connais le maître du biloba : il était bien capable de nous avoir glissé un homonyme. Je vais donc consulter mes dictionnaires. Et là, bonheur du butinage, je tombe sur un gros mot qu'il aurait fallu inventer s'il n'avait pas déjà existé.

     

    caccagogue.jpg

     

    Bob nous aurait servi une étymologie immédiatement compréhensible. Quant à l'illustration ci-dessous, elle rend une idée précise des effets recherchés.

     

    Dentier

    Dentier avalé et rendu par les selles 

     



    Note

    On trouve d'autres graphies : cacagogue, cacagogne ou cacagoghe. L'anglais a conservé caccagogue avec le même sens.

    Sources
    Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l'art vétérinaire de P.-H. Nysten, Paris, 1855. [BIU Santé]

     Dictionnaire universel de la langue française avec le latin et l'étymologie... par Boiste, Paris, 1851 [gallica.bnf.fr]

     Manuel lexique ou Dictionnaire portatif des mots françois : dont la signification n'est pas familière à tout le monde.., par l'abbé Prévost, [gallica.bnf.fr, page 107 manquante, citée dans la référence suivante]  

    Le Dictionnaire du français oublié, Le Littré, Le Figaro, 2008 [à la maison, il faut passer]

    Peut-être dans L'Obsolète, Dictionnaire des mots perdus, d'Alain Duchêne et Thierry Leguay, Larousse [là, je ne sais pas où je l'ai mal rangé].


    12 commentaires
  • Longtemps, avec le Chasseur français*, mon idéal de maison a été le pavillon à un étage, escalier extérieur, garage en sous-sol, toit à quatre pentes.

    Le jeune auteur de la maison ci-dessous fait preuve de plus d'imagination. Et il y a du feu dans la cheminée.

     

    Maison

    École maternelle Roland, Flers – 2011

     

     

    * Réalisation d'un passionné : les années complètes du Chasseur français 1950, 51, 52, en ligne. Dans chaque numéro, la description et les plans d'une maison par un architecte.


    8 commentaires
  • Carte postale ancienne Alors elle lui dit, montrant du doigt le chou, et lui de répliquer.

     

    Cette scène champêtre m'inspire moult réflexions. Pour ne pas abuser de votre patience, je vous en livre seulement deux  :

    – À qui le dernier mot ? Et pourquoi ?

    – Est-ce vraiment dans les vieux choux qu'on fait les meilleures soupes ?


    17 commentaires
  • Manchots violonistes Miss Vera Ruth – vous ne l'avez sans doute pas oubliée (billet du 2 mars) – a fini par manger son violon en sucre. Ce qui lui a valu d'être admise à l'hôpital pour hyperglycémie.

    En lui rendant une visite amicale, j'ai découvert cette toile décorant le couloir du service diabétologie.

    Des manchots au violon : faudrait avoir deux jambes de bois pour ne pas danser la polka.


    12 commentaires
  • « En France, lorsqu'on vous coule en cuivre ou qu'on vous sculpte en chocolat, c'est que décidément vous êtes illustre », disait Victor Hugo*.

    Pensait-il à Miss Vera Ruth, jeune Moabite de ses amies, pâtissière et musicienne, que l'on voit ici avec son violon en sucre ?

     

    Ruth et son violon en sucre

    Gallica.bnf.fr

     

    * On ne croit pas Victor capable de tenir ces propos. Si. J'ai vérifié, après avoir lu dans Même Ousmane Sow a été petit (Béatrice Soulé, Le P'tit Jardin, 2009) : « En France, lorsqu'on vous coule en bronze ou qu'on vous sculpte en chocolat, c'est que décidément vous êtes illustre ». Victor Hugo coulait en cuivre (Théâtre en liberté, édition Ollendorff, 1911).


    6 commentaires
  • Source : gallica.bnf.fr

     

    Brève de salle d'attente :

    Allo... Allo... C'est quoi ton numéro de téléphone ?


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique