• Du salon de l'automobile, je serais peut-être reparti avec un tricycle. Là, c'était salon de la carte postale ancienne.

    Je choisis les pires. Et je partage.

     

    Carte postale ancienne

     

    Pour son Yvonne chérie, Gaby a annoté la photographie.

    M. et Mme Sénégal, qui ne vaut pas le couple que formera M. et Mme S***. Qu'en pensez-vous ? Puis : quelle figure ingénue !...

    Au verso :

    Votre carte du 28 reçue hier soir est d'un goût exquis. Mes félicitations. Elle m'a rajeuni (peut-on parler pareillement à 22 ans !). Ça ne sent pas le marocain, un pareil minois.



    8 commentaires
  • Un tract paroissial. La pratique est peu courante.

     

    cloyes1.jpg

     

    T.S.V.P. L'invitation est polie. Je tourne. Au verso, ces vers :

     

    C’est ainsi qu’à nouveau, dans le jeune matin,
    Vous irez en ces jours faire votre cueillette,
    Et préparer pour nous, en la grande cagette,
    Les fruits de votre clos. Vous prendrez au jardin
    Les beaux légumes verts, arrosés dès l’aurore,
    Y joindrez la poulette et des œufs frais pondus,
    En un don généreux qui toujours vous honore.
    Ces envois - Dieu Merci - ne seront pas perdus :
    Nous savons bien qu’un jour, tout au bout du voyage,
    Salades et lapins porteront témoignage.

     

    Si je puis me permettre un conseil : séparons salades et lapins, sinon la verdure pourrait bien ne plus témoigner de rien.


    14 commentaires
  • Il y a comme ça des mots qui s'emparent de vous sans qu'on leur ait jamais rien fait... aujourd'hui, c'est acetabulum dont les latins usaient comme Peyo avec le mot schtroumpf. Qu'on en juge, d'après les définitions du Dictionarium novum latino-gallico-italicum (Genève, 1677) :

     

    Acetabulum ; La concavité de l'emboiture des os, creux ou sinuositez dans les os, & la gueule de certains poissons.
    Acetabulum ; Les petites concavitez des Polypes aux extremitez de leurs trompes, dont ils se servent pour sucer leur nourriture.
    Acetabulum ; La boëtte des osselets ou gobelets à jouer des tours de passe-passe.
    Acetabulum ; Un vase, écuelle ou plat à offrir des pains ou de la farine aux sacrifices.
    Acetabulum ; Herbe dont les feuilles sont creuses, comme de petites écuelles.


    Pour faire bonne mesure, l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert ajoute :

     

    Acetabule, acetabulum, mesure de capacité pour les liqueurs ou les grains des anciens Romains, qui contenait 807/10000 de pinte de France. Elle contenait, en mesures du même peuple, un cyathe & demi ou six ligules.

     

    Et je ne détaille pas les lichens et pezizes de même nom.

     

    Tache

    Tache

     


    12 commentaires
  • Se coucher

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Illustration d'Andrée Martin, tirée de l'excellente brochure de Claire Valentin, Vivre avec une prothèse totale de hanche (édition Roche SA, Belgique, 1988)

     

    Se coucher tard... nuit, disait Raymond Devos qui ne manquait pas d'humour, lui non plus.


    14 commentaires
  • À Landerneau, c'est plus beau Merci de nous faire part de vos remarques, questions ou suggestions

     

    Une conclusion définitive : « Allez voir le rayon de Leclerc, je ne suis pas client, mais ils ont du bon pain !»

     

    Cavanna disait : « J'l'ai pas lu, j'l'ai pas vu, mais j'en ai entendu causer.»


    23 commentaires
  • Cette année le 10.10.10 du calendrier grégorien tombe le  2 Dou-l-Qa'da 1431 du calendrier musulman. C'est remarquable !

    Accessoirement, cet article est le 1500e du blog. C'est également remarquable !

     

    Il y a tout juste 100 ans – le 10.10.10 – le Matin publiait : Cahots de Paris

     

    Si vous descendez les Champs-Elysées en voiture, lorsque vous passez à hauteur des Chevaux de Marly, vous êtes brusquement projeté en l’air... Ce n’est rien ; ce n’est rien qu’un peu de pavé mis là par les soins de M. Boreux, inspecteur général de la voie publique, à Paris, pour boucher un trou fait par quelqu’un de ses collègues...
    Si vous traversez la place de la Concorde, vous recevez de place en place un choc effroyable : ce n’est rien, c’est encore du pavé à M. Borcux, mis là depuis des mois par petits carrés, et qui ne s’en ira pas...
    Si vous passez par la rue de Châteaudun, vous vous sentez tout d’un coup enfoncé dans des précipices ou lancé au-dessus de monticules, ou cahoté sur de véritables ravins. C’est toujours du pavé à M. Boreux.
    Et ainsi la moitié de Paris, surtout dans les grandes voies de passage, est devenue absolument intraversable et incarrossable, cela grâce à M. Boreux, M. de Pontich, M. Bechmann et autres « Lumières » du corps des ingénieurs de la Ville.
    Nous avons déjà fait mettre aux endroits les plus dangereux des affiches pour prévenir le public. Aujourd’hui, nous croyons opportun, suivant en cela l’exemple du Touring Club, de faire établir une carte sommaire des grandes voies parisiennes où un pavé innomable, un dos d’âne monstrueux, un ravin effroyable nous menacent.
    Découpez cette carte. Roulez-la dans votre gant, ou faites-la consulter par votre chauffeur ou votre cocher ; mais que surtout el1e ne vous quitte pas. A peine en voiture, déployez-la sous vos yeux : elle vous sera précieuse. Vous y apprendrez le moment où il faut vous cramponner aux brassières, celui où il faut de toute nécessité vous soulever sur les coussins ; celui où, si voulez contempler quelque joli spectacle, vous avez quelque trou à M. Bechmann sous les yeux ; celui enfin où il sera prudent de recommander votre âme à Dieu.
    Nous aurons, d’ailleurs, occasion de donner à nouveau pendant de longues années encore cette même carte, car l’état lamentable où se trouve notre ville n’aura jamais de fin. Les Boreux et les Bechmann ont la vie dure, et puis ils ont soin de faire des petits.

     

    source : gallica.bnf.fr (orthographe inchangée)

     


    14 commentaires
  • Arbre à mouchoirs Notre conseil de culture

     

    L'arbre à mouchoirs donnera toute sa mesure au voisinage d'un saule pleureur.

     

     

     

     

    Document : catalogue des pépinières Jacques Briant


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique