• cuisiniere.jpg Sur un cahier de dessins trouvé dans une brocante.

     

    Le jeune artiste anonyme a fait appel à M. Lustucru pour la toiture.

    Avait-il quelques soucis de transit intestinal pour accorder une telle importance au trajet des fumées ?


    14 commentaires
  • Sous les ponts de Paris

     

    Parmi les chants patriotiques recopiés avec soin dans son cahier par Arthur Baudoux, on trouve cette version personnelle de Sous les ponts de Paris.

    M. Gaudin, alors directeur de l'école de Genest, n'a pas dû relire la copie !


    8 commentaires
  • Vélocipédie Le passage à l'heure d'été ne doit pas nous distraire et nous rendre imprudents. Écoutons la mise en garde du Dr Marmonier :
    « La blennorragie chronique est susceptible de subir des recrudescences, des poussées aiguës sous l'influence de causes diverses, telles que les excès de boissons, le coït, une fatigue quelconque, une course en vélocipède, par exemple.»*
    Qui, de nos jours, aurait l'idée de courir sur une bicyclette ?






    * Charles Marmonier, Traitement rationnel de la blennorrhagie, Librairie de la Bourse (Marseille), 1902.
    Illustration : Nouveau dictionnaire encyclopédique universel illustré, rédigé par une société de littérateurs, de savants et d'hommes spéciaux sous la direction de Jules Trousset, Paris, 1895-91
    (source : gallica.bnf)


    14 commentaires
  • Ma compagne a un nouvel ami. Qui lui recommande cette Housse Table à Repasser Sexy Pour Femme.*
    Vendu par Super insolite
    Fini votre corvée de repassage, mesdames, grâce à votre nouvel ami : Mark.
    Mark s'allongera tranquillement sur votre planche à repasser, (enfin vous installerez la housse sexy) et suite à vos passages répétés avec votre fer chaud, Mark saura se montrer généreux... voire se montrer tout court.
    Monsieur sera surpris de voir Madame prendre autant de plaisir à repasser...

    Caractéristiques :
    - Housse avec imprimé "Mark"
    - Adaptable à toute les tables à repasser
    - Lavable en machine
    - Dimensions: 120 x 48 cm



    * Ce nouvel ami ignore tout de mes pratiques sexuelles et domestiques !

    31 commentaires
  • à celle qui n'oublie pas la pensée

    Bouteille vide
    Illustration du paradoxe de la bouteille vide.
    A-t-on seulement pensé à dévisser le bouchon ?

    12 commentaires
  • Maison 080 Dans son savoureux Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier discourt des latrines publiques :
    « Autrefois le jardin des Tuileries, le palais de nos rois, étoit un rendez-vous général. Tous les chieurs se rangeoient sous une haie d'ifs, & là ils soulageoient leurs besoins. Il y a des gens qui mettent de la volupté à faire cette sécrétion en plein air ; les terrasses des Tuileries étoient inabordables par l'infection qui s'en exhaloit. M. le comte d'Angivillers, en faisant arracher ces ifs, a dépaïsé les chieurs qui venoient de loin tout exprès. On a établi des latrines publiques, où chaque particulier satisfait son besoin pour la pièce de deux sols ; mais si vous vous trouvez au faux-bourg S. Germain, & que vos visceres soient relâchés, aurez-vous le tems d'aller trouver l'entrepreneur ? L'un se précipite dans une allée sombre, & se sauve ensuite ; l'autre est obligé, au coin d'une borne, d'offenser la pudeur publique ; tel autre se sert d'un fiacre ou d'une vinaigrette ; il transforme le siege de la voiture en siege d'aisance : ceux qui se sentent encore des jambes, courent à demi-courbés au bord de la riviere.
    [...]
    & puisqu'il y a des auberges publiques, pourquoi n'y a-t-il pas aussi des latrines ?
    Les personnes les plus propres & les plus délicates, dont l'imagination est toujours fleurie, ne vivant point avec ces hommes impolis, qui satisfont grossiérement les besoins de la nature, les repoussant même loin d'elles & de leur société, sont obligées néanmoins de communiquer par la vue avec ce qu'ils déposent en plein air. Les excrémens du peuple avec leurs diverses configurations, sont incessamment sous les yeux des duchesses, des marquises & des princesses. O quelle moralité n'y auroit-il pas à faire là-dessus ! Mais, quel dommage ! on ne lit plus Rabelais.
    »

    On ne lisait déjà plus Rabelais. Ni Madame de la Fayette !


    Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, tome IV, Amsterdam, 1784
    Les curieux-curieuses pourront télécharger le chapitre entier (document RTF)

    Maison 080
    , 2008, crayons feutres
    – Tu es fier de ce dessin?
    – Pas plus que ça !

    22 commentaires
  • Titres du supplément sportif du journal Ouest-France du 9 novembre.


    Le mur ne peut rien contre le tir de Belzébuth.

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique