• Macule toi-même

    Yves BarréOuessant, 2019, encres sur papier journal, 14 x 22 cm

    Dans son œuvre foisonnante, à la touche brutale qui fait se confronter noirs et bleus, l'artiste magnifie la nature farouche qui préside aux destinées de Ouessant, ou île de l'Épouvante – Heussa Enez en breton.

    – Tt.. tt... tt... l'artiste ne montre que dalle, et surtout pas le moindre talent. Il s'agit là simplement de la feuille de papier journal qui protégeait son plan d'encrage pendant les travaux d'impression.

    « Fleur de saisonAu début »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 3 Novembre à 06:04

    "Oh ! mon dieu ! mon dieu ! mon dieu !..."(cf. récent sketch sur le biloba) "tu as bien failli nous mener en bateau..."

     

    Géolocalisation : dans la mesure où on n'aperçoit pas le phare du Créac'h, n'est-ce pas plutôt l'île de Keller, bien visible de Ouessant ?

      • Dimanche 3 Novembre à 22:26

        Tu as sans doute raison. L'encre s'est tellement étendue sur le journal que la légende a disparu.

    2
    Flora
    Dimanche 3 Novembre à 06:45

    Et le soleil s'endormit sur la mer d' Iroise.

    https://www.youtube.com/watch?v=bNa8tuYy4fA

      • Dimanche 3 Novembre à 22:33

        On pourra retrouver Ouessant à l'espace Paul Bedu, à Milly-la-Forêt, sur le mur qui fait face au tableau de Boronali.

    3
    Dimanche 3 Novembre à 08:45

    c'est la laisse

      • Dimanche 3 Novembre à 22:34

        Je dirais même plus : du laisser aller.

    4
    yannick
    Dimanche 3 Novembre à 09:41

    Mais fallait-il encore que tu le remarquasses ! 

    et en écho Papa long nez disait :

    "car encore que je me trouvasse entre deux lunes, et que je remarquasse fort bien que je méloignais de l'une à mesure que je m’approchais de l’autre, j’étais assuré que la plus grande était notre globe ; pour ce qu’au bout d’un jour ou deux de voyage, les réfractions éloignées du soleil venant à confondre la diversité des corps et des climats, il ne m’avait plus paru que comme une grande plaque d’or."

      • Dimanche 3 Novembre à 22:39

        Remarquer et arrêter le processus d'accumulation des taches. Finalement, c'est précisément là où est l'art.

    5
    Dimanche 3 Novembre à 09:44
    celestine

    J'adore !

    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      • Dimanche 3 Novembre à 22:40

        Ne l'encouragez pas dans sa paresse, aurait dit ma mère.

    6
    Dimanche 3 Novembre à 09:54

    Quel beau bleu…

      • Dimanche 3 Novembre à 22:40

        Ça vaut tous les rouges...

    7
    Dimanche 3 Novembre à 12:59

    L'endroit rêvé pour jeter l'encre...

      • Dimanche 3 Novembre à 22:41

        yes

        Nous mènerais-tu en bateau ?

    8
    Dimanche 3 Novembre à 14:48
    Qui voit Molène voit sa peine, qui voit Ouessant voit son sang... d'encre!
      • Dimanche 3 Novembre à 22:56

        Pieuvre par neuf.

    9
    Dimanche 3 Novembre à 16:31

    où est l’œuvre dans ce qu'il fait dans son intention ou dans le regard que portent les autres ? 

    signé : ma cul ture lure

      • Dimanche 3 Novembre à 22:58

        À l'occasion, je poserai la question à Koons.

    10
    Rodger
    Dimanche 3 Novembre à 21:44

    Cependant, n'oublie pas l'adage

    Qui. voit Ouessant voit son sang

    Palsambleu!.

      • Dimanche 3 Novembre à 22:59

        Ce Palsembleu manquait à la compréhension de l'œuvre. Merci Rodger.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :