• Lune 

     

     

    Ah ! la bougresse de lune !
    Elle en dégage, une poésie !

     

    C'est Monsieur Jules Renard qui écrit en son Journal
    (3 décembre 1906).
    Respect.

     

    Photo Mi – Étang du Gué de Selle – novembre 2014

     


    8 commentaires
  • 140

    140 casesClaude Vercey a inventé le portique autoroutier. Pas celui qui agite les près du bonnet rouge, celui qui supporte les panneaux à message variable. On peut être poète et faire preuve de sens pratique. Ces panneaux ont été conçus au format exact de ses triolets : poèmes à forte contrainte, limités à 3 lignes de 15 signes.*

    K** – je me demande s'il ne s'agit pas d'un pseudo –, autre mécanicien du mot, en bleu de travail dans son garage en sous-sol, travaille en 140. Cent quarante signes, limite à ne pas dépasser, au cri du carburant ! Ça donne :

    Son ultime proposition « la véranda dans le colonel Moutarde avec la bibliothèque », précipita sa perte de la partie, une preuve que le monopoly n’est pas un jeu facile.

    L'illustration entre dans une grille de 140 cases exactement.

     

    * À découvrir sur le biloba ou dans La bonne cause, éditions Gros Textes, 2011
    ** À lire sur Interférences, son réjouissant blog.

     


    4 commentaires
  • Certains souvenirs ont la peau dure. J'avais 8 ans. Et, pour un concours de dessin dont le thème devait être la tempérance, j'avais choisi de représenter une bouteille de vin rouge.
    Je n'ai jamais oublié mes difficultés à obtenir une symétrie parfaite dans les courbes de la bouteille ni à m'approcher des nuances du breuvage avec mes seuls crayons de couleurs.

    Bouteilles

    Patrick Bouleau. Bouteilles, décembre 2011. 30 x 30 cm. Collection privée.

    Patrick Bouleau n'a pas le souci du choix du thème. Il peint des bouteilles. Avec obstination. Des minces, des ventrues. Des timides, des renfrognées, des qui se poussent du col. Des demi-pleines, des aux trois-quarts vides. Des solaires, des lunaires, des chargées de pluies. Droites sur leur cul ou couchées dans le caniveau. Des brunes, des blondes. Des transparentes, des translucides, des opaques...
    La bouteille est prétexte à jeu de composition, jeu de couleurs, jeu de matière.
    Avec l'acrylique et le sable, refait le verre, refait le monde.

    Patrick Bouleau sur le net.


    9 commentaires
  • VolacrineJe reçois ce message d'un lecteur fidèle – ce qui n'empêche pas la sympathie – :

    Cher Yves,
    Sachant que je possède 26 poules malades et que je n'y connais rien aux maladies, sachant aussi que la Vocaline (sic) peut en sauver 9 pour 286 fr ou 10 pour 269 fr (source ahoui) ou encore 20 pour 579 fr, combien ai-je dépensé pour guérir définitivement mes 26 poules ?

    Voilà. Le problème est posé. Le prix de vente de source ahoui ne concernant pas la nouvelle Volacrine vitaminée, vous n'en tiendrez pas compte dans vos calculs.

    Question subsidiaire :
    Sachant qu'une demi-bouteille de Marie Brizard 25° est vendue 410 francs, combien de verres de cette liqueur pourrions-nous siroter si nous avions laissé le renard entrer dans le poulailler ?


    4 commentaires
  • Lulu joue la Goulue

    Une photo de Lulu. Elle joue la Goulue sur les trottoirs d'Albi.

    Si je connais la Lulu ? Je l'ai vue grandir.

    La Goulue ? Non je ne vois pas ! Une héroïne de Brecht ? Pourquoi je dis Brecht ? J'ouvre internet, à la page wiki. Ici on sait tout sur tout. J'y apprends qu'elle rencontre Gaston Chilapane, qu'on appelait Goulu Chilapane, d'où son nom La Goulue. Puis, trois lignes plus loin : Son habitude à vider les verres des clients, tandis qu’elle passait à leurs tables, lui valut le surnom de "La Goulue". Faudrait savoir, d'où vient-il, le surnom ? La note en bas de page cite le site des Amis et Passionnés du Père-Lachaise qui annonce tenir ses informations de... Wiquipédia. La boucle est bouclée.

     

     

    Ci-contre : photo X, paparazzi pas tout à fait au point.


    8 commentaires
  • Léon Patrie À Louis, mon arrière grand père.

    Il faut de l’allure pour marcher au pas
       il faut alors un uniforme.
    Il faut du temps pour former un soldat
       il vaut mieux être aux normes.

    Il ne faut qu’une balle
       pour qu’un soldat ne marche plus au pas.

    Oncle Pa

     

     

     

    En illustration : soldat français, Bousleau Joseph, La Ferté St-Cyr, 4 sept.1916,  dessin de Léon Patrie (1868-1938).

    Exposition sur la Grande Guerre dans les Coëvrons, Office de tourisme, Évron (juillet et août 2014)


    4 commentaires
  • S'il ourdit quelque intrigue ? Nenni. Cet homme de caractères – au pluriel – quand il se délasse fait dans les hourdis* : il comble les colombages de sa maison de tuileaux artistiquement disposés. C'est beau comme un poème composé en caractères mobiles en plomb.

     

     

    Maison à colombages

    Au centre épi de blé, de chaque côté balayage. – Photo W.

     

     

    * J'ai sous le coude une rime avec étourdi, mais ici ça tomberait à plat. Si vous en avez l'usage...


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique