• Kévin Musset ignorait sans doute que "phalène" est un nom féminin ! nous dit Flora dans son commentaire d'hier.

     

    – Ah ça mais... j'use de ma licence, réplique Alfred – oui Kévin se prénommait le plus souvent Alphonse ou Alfred* – , et j'en connais un autre, sans vouloir dénoncer...

    – Si c'est celui à qui je pense... il a tort. Hugo a tort, assure Émile dans son Littré.

    – Hugo ? Le Victor Hugo ? Faut que je vois ça, me dis-je.

     

    Je vois. Et là... le Victor, il fait fort. Tantôt masculin, tantôt féminin. Comme ça l'arrange. D'avoir eu sa photo sur un billet de banque, ça permet toutes les libertés. Je cite :

     

    Si j'avais, ô Madeleine, / L'œil du nocturne phalène (Ballades)
    Les vices, ces taupes funèbres, / Le crime, ce phalène errant (Les Contemplations)
    Les ténèbres, l'horreur, le spectre et le phalène (Les Contemplations)
    grandes phalènes de ces lanternes géantes (L'homme qui rit)
    La phalène y va. Dans quelle mesure est-elle responsable ? Le regard du feu fascine la phalène de même que le regard du serpent fascine l'oiseau. Que la phalène et l'oiseau n'aillent point là, cela leur est-il possible ? (L'homme qui rit)

    Noël Parfait, un copain du Victor, lui écrit :

    Nous nous occupons, nous autres, de savoir si le substantif phalène est masculin, féminin ou neutre ; si l'adjectif insondable est de ceux qui ne perdent rien à être répétés ; etc., etc.

    C'est qui ce nous autres. Robert ?

     

    Si c'est Robert**, il fait la synthèse :

    PHALÈNE. n.f. (ACAD., LITTRÉ) ou n.m. (HATZFELD et de nombreux écrivains ; 1568 ; empr. gr. phalaina). [...]

    Et donne en citation, Musset ("Le phalène doré, dans sa course légère, / Traverse les prés embaumés") et Colette ("L'aile d'un phalène grésille sur la flamme de la lampe et l'éteint presque.")

    Merci Robert.

     

    Avec un peu de chance, on aura peut-être une photo du phalène sur Taloupes ou le vol de la phalène dans un haïku des Pensées sauvages.

    En attendant, ce vol de phalène (en bas, àdroite) dans la nuit.

     

    Vol de phalène  

     

    * Si en plus, on nous embrouille ! (Julos Beaucarne)

    ** Le Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 1973.


    16 commentaires
  • Sherlock Holmes Grand amateur de roman policier et accessoirement de poésie, oncle Pa ajoute une pièce à État de chaises*.

    Causons franglais – of course, naturellement – pour en apprécier la finesse.

     

    Qui l’eût cru ?
    James Hadley Chase
    est bien l’auteur
    du roman policier
    La Chair de l’orchidée.

     

     

     

    S'il n'avait été devancé par Conan Doyle, nul doute que James Hadley Chase aurait créé le personnage de Sherlock Holmes – dessin d'Yves Marevéry, ci-contre (source : gallica.bnf.fr)

     

     

    * Disponible chez l'éditeur, l'auteur ou chez M. Meuble.


    10 commentaires
  • Couleurs violettes

    Couleurs violettes

     

    Ne comptez pas sur moi pour illustrer cette photo d'un haïku de même couleur.

    – Pas même de Naojo ?

    – Pas même ! Je préfère la tulipe. Et j'en ai un, très beau, haïku sur la tulipe.*

     

    Perdu les pétales
    Sans pudeur elle s'exhibe
    La vieille tulipe

     

    Dominique Borée

     

    * Avec l'autorisation de l'auteur qui nous ravit chaque jour de ses Pensées sauvages.



    15 commentaires
  • Éphéméride

     

    Plus fort que les prévisions météorologiques du calendrier de la poste : l'éphéméride de Wolfragin ! On comprend ses tentatives d'en poster les vues dans les commentaires. Pour en goûter tout le sel, il faut les rattacher aux billets du blog des 20 (Bâtard, mot du jour) et 21 mars (Femme au Brico)


    8 commentaires
  • Tomates

    photo Marie

     

    Le 21 février, on ne voyait qu'un terreau noir. Une semaine plus tard, pointent des pousses vertes chez le jardinier aux pouces verts.

    Merci à l'amie qui m'a envoyé des graines de Cherokee chocolate. Je vais en offrir quelques-unes à ce Tistou.


    10 commentaires
  • – Le monde va mal...
    – Libé aussi.

     

     

    Liberation005.jpg

    Photos Claude Vercey

     

    Photo Claude Vercey

    Le regard vif de Claude.

    En un seul cliché, toute l'histoire du journal Libération.

    Pas sûr que l'avenir promis par les actionnaires soit dans l'esprit du Libé géré par ses salariés dans les années 70-80.

     

     

     

     

    L'affiche fait partie de la campagne d'hiver de la fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés. Les photos d'Hervé Plumet sont remarquables de créativité et de sensibilité. On les retrouve ici.


    10 commentaires
  • Tomates

    Les semis du jeune A. (photo Marie)

     

    Le jardinier en herbe sème tôt ses graines de tomates.

    Dans le salon des parents.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique