• Parution annoncée

    Jacques Renou me fournit la matière de ce billet. Je n'ai rien à changer à la présentation du prochain Brumes d'aube d'Anne Certain qui doit paraître fin novembre à l'atelier de Groutel.

    Anne Certain, Brumes d'aube.

    Portfolio composé en caractères mobiles en plomb, imprimé sur presse platine typographique. 40 pages, couverture à rabats. 50 exemplaires numérotés. Avant-lire de Jacques Renou.
    Collection Choisi, n° 27

    Avec Brumes d’aube, il ne s’agit pas d’ajouter à la litanie de promenades poétiques, charmantes descriptions de paysages, parfois correspondances d’états d’âme basculant de l’exaltation devant les fastes de la nature à l’abattement face à son extinction, en passant par la rêverie languide. Selon Hughes Labrusse, « si le poète a besoin de modèle, c’est qu’il y a peu en lui ». Anne Certain ne copie rien, il y a tout en elle. Entre palabre « noir ivoire » et « silence à large poitrine », elle immisce une poésie chaude et inquiète dans une gravité qui laisse parfois entendre que pourraient sourdre drame et souffrance « J’affronte en tremblant la nuit prête à bondir ». Le regret, la nostalgie « de jardin je n’en ai plus » et la résignation « je me regarde passer » côtoient un appétit de chaque instant. Le poète aime les fleurs, les noms qui leur sont donnés, l’observation des animaux, la marche en pleine nature, et pour résumer, faire toutes les choses assez banales et qui rendent le temps précieux.
    Anne Certain n’écrit plus à l’heure actuelle, mais sa collection de recueils inédits mériterait un plus grand pillage que celui proposé dans Brumes d’aube, extrait de La Gravité des nuages (2006) et de Cassures Collures (2008)

    Jacques RENOU.



    Anne a publié son premier recueil en 1993 (Travaux de saison, éditions Donner à Voir)
    Petites palabres noir ivoire, premier recueil de la collection Petits Carrés, chez Donner à voir, se termine par ces vers :

    Femme.
    Simplement
    femme.
     
    Anne Certain
    Anne Certain animant un atelier d'art postal lors du Printemps de Durcet, en 2005. (Photo M/YB)
     
    En souscription à l'Atelier de Groutel : 18 € + port (1 €) – Bon de commande à télécharger.
     
    « SatellitePlus beau que le calendrier de la Poste »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 07:41

    Je recommande la lecture de ce très beau recueil. 

    2
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 10:18

    info à partager comme on dit sur le net.

    signé : le facteur

    3
    El Wolf
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 13:48

    Brume: du domaine du sombre, du trouble, évoque la fin

    Aube : quand la lumière arrive, nouveau jour, naissance

    C'est ce balancement-là que Anne habille de mots.

    4
    Vendredi 28 Novembre 2014 à 14:23
    Cristophe

    N'ayant rien à ajouter à la présentation de Brumes d'aube, j'emprunte au tampographe Sardon un "commentaire" sur la photo :

    http://bit.ly/1HKPW3H

    5
    Samedi 29 Novembre 2014 à 06:02

    Un petit mot pour confirmer tout ce qui est écrit par ici...

    J'ai lu, j'ai souscrit, j'ai reçu et je signe des deux mains...

    Ce livre d'Anne est aussi agréable à "entendre" qu'une chanson a capella...

    Merci à l'Atelier de Groutel également.

    6
    Dimanche 30 Novembre 2014 à 17:15

    @Topa – Dont acte ! Je me demandais quand je pourrais replacer "Dont acte"... C'est fait. Merci.

    @El Wolf – Éclairage avisé.

    @Cristophe – Quelqu'un sait-il comment on appelle le collectionneur de tampons ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :