• Crâne d'oryx La mer m'a confié les éléments : je n'avais plus qu'à les assembler.

    – Et comment tu appelles ça ?

    – Crâne d'oryx !

    – Pourquoi tu m'insultes ?

     

     

     

    Crâne d'oryx,
    2014, bois flottés assemblés, h. 43 cm


    8 commentaires
  • Le temps fait à l'affaire D'un carnet ancien de notes et croquis de trucs à faire, cette sculpture.

    Les pieds en fer seraient suffisamment fins pour que la rouille ronge le métal jusqu'à la chute de la statue.

    On ne saurait préciser la date de cette issue inéluctable, ni même si elle aurait des témoins. Des jeunes gens modernes pourraient toujours défendre que la résistance du métal aux attaques du temps est modélisable ; d'autres installeraient un système de vidéosurveillance pour ne rien manquer du spectacle.

     

    En attendant, ça reste dans les cartons. Le temps fait à l'affaire, comme ne dit pas Molière dans le Misanthrope.


    16 commentaires
  • De guerre las

    De guerre las, 2013, crayon noir et collage dans boîte en bois

     

    – La frappe chirurgicale...

    – C'est un bombardement pour mon bien. Qui dois-je remercier ?


    8 commentaires
  • Autre dommage du dernier coup de vent.

     

    Écrasée

     

    Écrasée. La structure grillage et papier de ce qui devait avoir des formes féminines et généreuses. On reconnaît une tête. En haut. Là où est le plus souvent la tête. Une taille resserrée sur des hanches larges. Et une excroissance volumineuse. Abcès, anthrax, bubon, furoncle, panaris, phlegmon, pustule, tumeur.  Ne me demandez pas. C'est déjà assez douloureux comme ça.


    14 commentaires
  • Vache arrière Elle aurait pu s'appeler Gîte à la noix, tellement c'était à la noix.

    Une de mes premières sculptures. En béton cellulaire.

    Elle aurait pu, mais c'était Vache arrière. On comprend pourquoi.

    J'en parle au passé. Un coup de vent vient de la briser. Mon cœur avec. C'est vrai, je n'avais pas réussi à m'en séparer.


    12 commentaires
  • Deux sculptures

     

    Les travaux d'élagage ont le mérite de redonner jour à des pierres oubliées.

    Abandonnées pour n'avoir pas répondu à l'attente de l'artiste. Formes généreuses pour cette femme marchant d'un pas décidé. Sans tête. Sans titre. À droite sur l'image.

    À gauche, on aura reconnu Burning cow présentée ici en mars 2007

     

     


    17 commentaires
  • Petite terre cuite

     

    Une œuvre récente ?

    Oh non ! Elle remonte même à la nuit de mes temps. Avais-je seulement barbe au menton ?

    Terre cuite sortie de l'oubli, campée sur une linogravure représentant une carotte. Sic !  Vue sur la tranche, une linogravure pourrait tout aussi bien montrer Napoléon à Azincourt ou Albert Einstein recevant une pomme sur la tête.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique