• Yves BarréUn des mes amis poètes ne se sépare jamais du petit carnet auquel il confie la moindre de ses lumineuses idées. Ainsi, aucune ne reste dans l'ombre.
    – Je n'ai pas de carnet.
    – Tu n'as pas non plus d'idée lumineuse.
    – Sans doute !

     À gauche, idée lumineuse notée dans la marge du quotidien du jour.
    Ci-dessous, le quasi-poème qui en a jailli – enfin jailli, c'est vite dit !

     

    Belote et récidive

     Des voleurs comme il faut, c'est rare de ce temps
    Georges Brassens

    Confondus,
    les Pieds nickelés
    ont reconnu
    avoir cherché
    un quatrième
    pour taper le carton.

     


    6 commentaires
  • Yves Barré

     

    Ils s'apprêtent à déjeuner. Téléphone.

    – Êtes-vous le fils de madame L ?
    – C'est moi, oui.
    – Votre mère est partie.
    – Partie ? Où ça ?
    – Morte. Votre mère est morte

    – Qu'est-ce qu'on te voulait ?
    – Maman est partie.
     
    Partie ? Où ça ?

     


    10 commentaires
  • Ailleurs

    Oublier présente l'avantage de réserver d'agréables surprises lors de redécouvertes fortuites.
    C'est le cas pour le court poème – quasi-poème – suivant retrouvé dans l'anthologie Ailleurs (n° 64/65 de la revue Cotcodi, 2005), publiée à l'occasion du 20e Printemps de Durcet.

     

    Petit ailleurs chez soi
    vaut mieux que
    grand ailleurs
    chez les autres
    – pourvu qu'il soit riche –


    12 commentaires
  • Yves Barré

     

    Tout juste sorti des presses de l'imprimeur, aux éditions Décharge & Gros Textes réunies, numéro 180 de la collection Polder, ce Quasi-poèmes dont j'ai commis les textes, Claude Ribouillault la préfarce (sic), Emmanuelle Brisset l'illustration de couverture.

    Selon Louis Dubost – et on peut lui faire confiance – : « Ces Quasi-poèmes font du bien par où ça passe : corps, cœur, cerveau et autre organe du jouir.»

    Deux notes déjà sur internet pour qui hésiterait encore à enrichir sa bibliothèque :
    – celle d'Yves Artufel, où je partage la vedette avec Fredric Brown, sur le blog des éditions Gros Textes ;
    – celle de Claude Vercey qui présente les deux Polder de l'automne, sur le blog de la revue Décharge (Repérage, 7.11.18).

     

    Pratique
    Yves Barré, Quasi-poèmes, éd. Décharge et Gros Textes, collection Polder n° 180, format A6, 54 pages, 6 €
    Disponible auprès de la revue Décharge (et pourquoi ne pas envisager un abonnement à la revue, à l'occasion) ou auprès de l'auteur pour dédicace personnalisée.

     

     


    14 commentaires
  • On reconnut...

    Un poème, sinon rien. Boîte.


    6 commentaires
  • Ripox'x-èmesLe mot ripou, fraîchement entré dans les dictionnaires, offre la particularité de former son pluriel en s ou x, rejoignant dans ce dernier cas la bande des sept – hibou, bijou, chou, pou, caillou, genou, joujou.
    Mettant en œuvre cette cohorte de mots, le jeu d'écriture poétique proposé par Vincent Rougier vient de prendre place dans le dernier volume des Plis urgents : Ripou'X-èmes.
    Ça part dans les choux, ça a du poil sur le caillou, ça y cherche et trouve des poux et pas que là, ça joue avec son joujou, c'est du bijou de famille – je vous en prie, restez séant –, ça tient du pot-pourri, ça bouboule et hue tant qu'on en tombe à genoux, bref, on  ripouaime.

     

    En exclusivité pour le blog Ahoui, un agrandissement du pou de pubis qui étend sa lessive*.

     

    * On vous avait prévenus : Finie la douceur !.Pou de pubis


    8 commentaires
  • Rue des courtils

    Tout frais sorti de l'Atelier de Groutel, trente-troisième de la collection Choisi, entièrement composé en caractères de plomb par Jacques Renou.
    Portfolio de 52 pages, ce Rue des courtils regroupe des poèmes potagers, selon le mot de Louis Dubost qui en a signé l'après-lire. Les illustrations sont des fragments de la linogravure présentée ici, le 1er octobre. 
    Il est accompagné d'un marque-page en dentelle frivolité, amoureusement confectionné – pouvait-elle faire autrement ? – par Marinette Barré.

    Marque-pages

     

    Disponible à l'Atelier de Groutel, 25 Groutel, 72610 Champfleur
    18 € par chèque à l'ordre de l'Atelier de Groutel.
    Frais de port : 2 €.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique