• Vient de paraître dans la collection Ficelle, chez Vincent Rougier, un État de chaises de toute beauté.*

     

    Désormais, le monde va se partager en deux catégories : ceux qui liront le recueil assis, ceux qui le liront debout et enfin, les raffinés qui le liront couchés.

     

    État de chaises - Yves Barré

     

     

    Yves Barré, État de chaises, dessins et gravure de l'auteur, avant-propos de Marc Kober, éd. Vincent Rougier, collection Ficelle n° 118, 44 pages, format A6, 9 €

    Commande en ligne ou par courrier, à l'Atelier Rougier V., Les Forettes, 61380, Soligny-la-Trappe.

    On peut également commander en librairie.

     

     

    * Oui, ben, je suis au premier rang pour me complimenter.


    16 commentaires
  • Ombre

    Ombre de bourrache officinale sur caissette – avril 2014

     

    Ombre de peu pour illustrer un quasi poème dédié à Laurent Deheppe, inspirateur à son insu.

     

    De bon bec

                                              à Laurent Deheppe

              Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.
                                                        Jean Racine

    Qui a vu
    ara qui rit
    tirer sur la languette
    pour dépouiller
    de sa gaine d’alu
    une portion
    de vache qui rit ®
    peut donner sens
    à l'expression
    clouer le bec.


    9 commentaires
  • Le photographe

     
     
    Propos qui ne
    ressemblent à rien

     
    – Vous avez un sosie,
    me dit l’aubergiste.
    – C’est moche !

     


    14 commentaires
  • Chercher l'amour à 14 h

     

    Le poème de 5 heures, de Chercher l'amour à quatorze heures. Quelques-uns de ces textes sont parus – sans l'illustration – dans Chevaucher la lune - Anthologie du haïku contemporain en français, sous la direction d'André Duhaime, en 2001 (éditions David, Ottawa).

     

    amour14h-5h.jpg


    12 commentaires
  • Gravure sur cuivre

    Sans titre, eau-forte, 2014, 10 x 15 cm

     

     

     

    La méthode
    sans le discours

    Les armes de la natation sont les jambes et
    les bras. Quand ces membres sauront ce
    qu’ils ont à faire, ils sont trop intéressés à
    la conservation du corps pour le laisser noyer.
    Jean-Pierre Brisset

     

     

    J’ai appris à nager
    sur un tabouret
    avec la méthode
    de Jean-Pierre Brisset.
    – Et alors ?
    – Je sais lire.


    14 commentaires
  • Poésie illustrée – On le dirait pas ! – suivie d'une note apocryphe de Claude Vercey.

     

     

    Sillé-le-Guillaume - novembre 2011

     

     

    Sans titre

     

    Sans poème

    non plus.

     

     


    « Notons qu'avec si peu, l'auteur va à la ligne, ce qui suffit à justifier à ses yeux qu'il y a là, poème.» (Claude Vercey)
     


    16 commentaires
  • Un homme qui relie les hommes

     

     

    L’enfant prodige


    Mozart composa
    la Petite Musique de nuit
    dans la pénombre
    parce qu’il aurait été
    incapable de remplacer
    l’ampoule grillée
    de sa chambre.


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique