• Page 31 d'un cahier – d'écolier ! – ouvert le dimanche 18 septembre 1977.

     

    Vient l'hiver...

     

    Autres poèmes, contes, danse, musique... dans un spectacle initié par Yannick Lefeuvre, ce jour, à 17 heures, au Théâtre du Passeur, rue de la Rivière, au Mans. M'étonnerait qu'on s'y ennuie.


    17 commentaires
  • Chevrette

    Chevrette – St-Symphorien, janvier 2011

     

    Deux chevrettes à peine étonnées
    vol de perdrix rouges sept
    combien après l'hiver ?
    busard saint-martin
    aigle de ce bocage


    Ma route vaut le détour

     

     


    10 commentaires
  • Dans Corbeaux d'autoroutes et de garennes, Jean Foucault* traite des oiseaux qu'il croise avec une acuité telle que je préfère voyager avec ses poèmes plutôt qu'être son passager en automobile.

    Corbeaux

    Quelques corbeaux au couteau. L'un d'eux n'a pas tenu la pose : il est un peu flou.

     

    Dans un commentaire laissé hier, Lily a déniché les Corbeaux de Boïko Lambovski – poète bulgare – qui méritent de ne pas passer inaperçus.

     

    * On peut retrouver Jean Foucault, poète généreux et ministre de tout ce qui lui passe par la fenêtre sur son site. On aura un aperçu de son activité d'éditeur sur le site des éditions Corps Puce.

     


    14 commentaires
  • Bière à Brugge

    Bière à Brugge

     

    Effets de la cervoise. Désolé. Poème écrit en charentaises, après une journée de mise à jour d'un site culturel.*

     

    En famille, en Charentes

     

    À huit heures pétantes,

    j'attaquais l'assiette de pétoncles.

     

     

     

    Ma nièce – par alliance – :

    – T'appelles pas ça un poème ?

    – Je ne l'appelle pas, il est venu tout seul.

     

     

    * – Eh ben, mon n'veu ! (Jean l'Anselme)


    20 commentaires
  • Chemin des poètes 2007

     

    Ce collage illustrait un poème de l'édition 2007 du Chemin des poètes de Durcet.

    Par mesure d'économie, il illustrera également le poème suivant et de circonstance – écrit pour encourager le vol d'ami-e-s vers Nouméa.

     

    Conseil pour un voyage en avion

     

    Ne passe pas la tête

    par le hublot.

    À ces altitudes

    tu pourrais t'enrhumer.

     

     

    * Plus sur la genèse de cette image : Partage de l'univers.


    13 commentaires
  • « En moins de cinq ans, Nicolas Sarkozy a redessiné le tableau financier de la France dans la couleur de son peintre préféré, Mark Rothko : en noir !»* L.N., journaliste à Marianne, sera très inspiré de demander un Précis d'histoire de l'art au père Noël. Il y trouvera peut-être une ou deux reproductions de Pierre Soulages.**

     

    Rebond subtil : cette imprécision journalistique m'offre l'occasion d'éclairer le lecteur sur l'un des poèmes de S'occupe des filles***. Quand il écrit :
    S'occupe des filles

     

    le poète veut dire par là qu'il la trouve jolie la gorge de son amie. Et bien que le téton ocre se détache sur la peau blanche (lui il écrit laitune peau de lait voyez-vous), la limite n'est pas marquée par une ligne franche ; elle reste imprécise comme dans un tableau de Rothko.

    La poésie, c'est pas si compliqué finalement !

    – Me comparer à un Rothko, je ne sais pas si ça m'avantage !

     

     

    Détail

    Détail d'une toile de Rothko (Ocre et jaune)

     

    * Marianne n° 761, 19-25 novembre 2011, p. 16

    ** Les travaux de Sonia Derzypolski (atelier 182 bis) donnent, en un coup d'œil, une idée de la palette des deux peintres.

    *** Quelques exemplaires sont toujours disponibles à l'atelier de Groutel (voir ci-contre)


    19 commentaires
  • Un poème d'États de siège. Le genre humain n'est pas fini.

     

    *

    on lange le condamné
    pour qu'il ne conchie pas
    la chaise électrique

    aux états-unis d'amérique
    on n'est plus des sauvages

    *

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique