• Poésie

    Yves Barré

     

    Dessin du 10.11.20, Voici l'alexandrin, le bel alexandrin
    encre de Chine et acrylique sur papier, 39 x 26,5 cm

    Les dessins, objets des billets du blog ces temps-ci, en plus de n'être pas léchés, ne sont pas des plus gais. Celui du 10 novembre échappe à l'ambiance générale, en ce que son titre annonce la couleur – on remarquera aussi la césure pile-poil à l'hémistiche.

    Note ampliative :
    Compter les pieds d'un alexandrin sur ses doigts, c'est s'exposer à une approximation.

     

    « À l'enviHors des clous »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 06:58

    j'ai envie de leur faire des chatouilles...

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 18:14

        M'enfin !

    2
    yannick
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 07:22

    Il est vrai que pour chaque sorte de marches, il faut des pieds de rechange et douze, c'est déjà pas mal.

    Mais comme celui qui l'a dit d'assurer d'aller du départ à l'arrivée, il faut les chaussures adaptées.

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 18:14

        Surtout si l'on y va à pied.

    3
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 07:37

    La chanson qui s'impose ce matin : "Vive l'alexandrin !"...

    à réécouter par ici : https://www.youtube.com/watch?v=URcAILGzq64

     

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 18:19

        Je l'avais oubliée celle-là.

    4
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 10:42

    Leurs propriétaires sont six pieds sous terre..;

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 20:53

        Le compte y est.

    5
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 10:53

    et des rimes masculines ou féminines ?

    signé : au chaud pour la saison 

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 20:57

        Un alexandrin solitaire se moque bien du genre.

    6
    Dimanche 15 Novembre 2020 à 14:52
    célestine

    Ta note ampliative est un régal de surréalisme... ;-)

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Dimanche 15 Novembre 2020 à 21:00

        Cela tient du raisonnement mathématique !

    7
    Lundi 16 Novembre 2020 à 11:06

    ça n'existe pas les alexandrins solidaires ?

    signé : douze comme un blues 

      • Lundi 16 Novembre 2020 à 23:11

        En voici, unis par la rime. L'un de Victor Hugo, l'autre d'un poète qui gagnerait à être connu.

        Les éclats de couleurs teignent les lendemains
        Et Louvel indigné repoussera ta main !

    8
    yannick
    Lundi 16 Novembre 2020 à 16:19

    Mon commentaire, c'était juste pour jouer avec adidas caché dans le texte. Y a des jours où le confinement pèse lourd.

      • Lundi 16 Novembre 2020 à 23:13

        Il m'a échappé celui-là. Je cherche si tu ne m'as pas collé un nique quelque part.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :