• Rangés

    Yves Barré

     Les Hiboux
    2021, linogravure, 9 x 9 cm

     


    Sur le poème de Baudelaire,

    Les Hiboux

    Sous les ifs noirs qui les abritent,
    Les hiboux se tiennent rangés,
    Ainsi que des dieux étrangers,
    Dardant leur œil rouge. Ils méditent.

    Sans remuer ils se tiendront
    Jusqu'à l'heure mélancolique
    Où, poussant le soleil oblique,
    Les ténèbres s'établiront.

    Leur attitude au sage enseigne
    Qu'il faut en ce monde qu'il craigne
    Le tumulte et le mouvement,

    L'homme ivre d'une ombre qui passe
    Porte toujours le châtiment
    D'avoir voulu changer de place.

     

    Les Fleurs du Mal (LXVII)

    « CloisonsVous me reconnaissez ? »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Mars 2021 à 11:12

    imparable Charles ; et prémonitoire : je salue la lino : je choisirais un autre caractère pour le poème 

    signé : en plomb 

      • Mercredi 3 Mars 2021 à 21:16

        Pour la typo, je fais confiance à l'homme de l'art.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    yannick
    Mercredi 3 Mars 2021 à 14:15

    Toujours à 100 degrés et certifiés chouettes la lino et le beau Delaire !

      • Mercredi 3 Mars 2021 à 21:31

        Parmi les homonymes du beau Delaire, je relève les auteurs suivants :

        Bénédicte Delaire, Traitement de l'infarctus du myocarde transmural pendant la phase hospitalière
        Alexis Delaire, Le Fond des mers, études lithologiques.
        Adrien Delaire (citoyen), Le Chant des casemates
        Norbert Delaire, Les forêts sont la musique de la terre
        Jacques-Auguste Delaire, Essai sur le principe de vie ou Théorie du feu
        E. Delaire, De la construction, de la direction et du chauffage des serres, bâches, coffres, etc.
        Eugène Delaire, La France en Russie. Saint-Pétersbourg et son exposition
        Yves Delaire, La Délégation des services publics locaux
        Édouard Delaire, Traité pratique et méthodique de la peinture à l'huile en 4 leçons, avec ou sans maître, appliquée à tous les genres

        J'en omets et des meilleurs.

    3
    Mercredi 3 Mars 2021 à 18:05

    Le grand Charles (!) est inspirant tandis que le petit Bismuth est expirant...

      • Mercredi 3 Mars 2021 à 21:32

        Charles ? Celui de l'appel ?
        Bismuth ? Celui de l'appel ?

    4
    Mercredi 3 Mars 2021 à 22:47
    célestine

    Personnellement, nonobstant le magnifique poème de Baudelaire, tes hiboux me font irrésistiblement penser aux trois sorciers de Grégoire Solotareff...

    J'ai trop fréquenté les mioches, ces temps-ci... ;-)

    Ça déteint.

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Jeudi 4 Mars 2021 à 09:22

        Je n'ai plus croisé Scolly, Squerry et Scory depuis bien longtemps.
        Nos petits-enfants, talentueux (en vedette demain sur le blog) conduisent maintenant des automobiles.

         

    5
    Jeudi 4 Mars 2021 à 07:41

    au bac, j'ai eu 15 en français car je suis tombée sur lui sinon j'aurais eu moins que rien. jolie la lino, très!

      • Jeudi 4 Mars 2021 à 09:28

        J'ai oublié le sujet du bac. Si je devais le repasser dans les jours qui suivent, je demanderais Baudelaire. C'est le fond de mes lectures et gravures actuelles.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :