• Jacques Renou

    Qu'est-ce ? Mais qu'est-ce ?
    Du Jus 2 mots. Oyez-vous ? Voyez-vous le jeu de mots ?
    Et à qui doit-on ce jus de typo ?
    À Jacques Renou, dans son atelier de Groutel. Qui nous livre une quinzaine de cartes dans un emboîtage ajusté et seyant. Cartes – postales, si on souhaite les faire voyager – imprimées sur un papier confectionné par ses soins. Deux linogravures de Jean-François Hémery complètent l'ensemble.
    Qu'y lit-on ?*
    Le verbe de Wolfragin, appuyé sur sa béquille initiale.
    « Ici, le D pare, le D règle, le D perle, le D double, le D joue, le D prime »
    Et raffinement de lecteur : la rencontre improbable avec ce qui reste des colonnes étroites des coupures de journaux du fond d'image.
    Sur ma carte "Ici le f" (ci-dessus) :
    « ? Les ordures / es contiennent / ets recyclables / père que cette / e diminuer le / traitement des / / lucides de con / déjà distribués / »

     

    * J'en connais un qui, à ce moment du récit, sortirait le litron.


    12 commentaires
  • Yves Barré

     

    Ils s'apprêtent à déjeuner. Téléphone.

    – Êtes-vous le fils de madame L ?
    – C'est moi, oui.
    – Votre mère est partie.
    – Partie ? Où ça ?
    – Morte. Votre mère est morte

    – Qu'est-ce qu'on te voulait ?
    – Maman est partie.
     
    Partie ? Où ça ?

     


    10 commentaires
  • Yves Barré

    Je persiste dans ma revisite des cartes postales anciennes légendées. Ai fini par trouver un titre à la série (11 linos déjà gravées) : Si ce n'est pas de la poésie, qu'est-ce donc ?

    Poète et graveur également réunis dans une belle édition de Fata Morgana : Le Poète assassiné de Guillaume Apollinaire, illustré de 18 linogravures de Pierre Alechinsky. Complété par un éclairage lumineux – la moindre des choses pour un éclairage – de Yves Peyré sur les rapports entre l'image et le texte.


    10 commentaires
  • Yves Barré

    L'arbre qui cache la forêt tente de se dissimuler à son tour derrière une plaque de tôle.

     

    Mail, Baugé – septembre 2019


    10 commentaires
  • Nicolas PoussinNicolas Poussin réservait ses couleurs claires pour les sujets féminins et donnait à ses sujets masculins un teint bronzé.
    Ainsi, dans Mercure, Hersé et Aglaure*, reconnaît-on immédiatement  les femmes du trio à leur peau pâlote.**
    Avec le ton le plus foncé pour l'arrière-plan, et sans me préoccuper du genre, je prends un peu de distance avec le maître classique, quoique dans l'exemple ci-dessous l'image de gauche (repérée par E/A) ne suit pas la règle fixée – mais l'erreur ne s'est pas reproduite.

     

     

    Yves Barré
    Linogravure sur papier Kraft, format A5

     

    * Source Wikipédia
    **Je fais abstraction des bambins qui devraient être en pyjama à cette heure tardive.


    8 commentaires
  • Yves BarréUn billet paru voilà 10 ans. Autre maquette.

     

    Maquette de sculpture, pierre et bois : la Scoliose.

    « Les causes prédisposantes de la scoliose sont : la jeunesse, le sexe féminin...»*
    La jeunesse a bon dos !
    – Le sexe aussi !


    * Abrégé de pathologie chirurgicale, P.-J. Haan, Louvain, 1854


    10 commentaires
  • Pour répondre au commentaire de thé âche (billet précédent) : une variation sur l'éloignement ou le rapprochement des parties, publiée sur ce blog en juin 2008.

    Yves Barré
    Maquette pour une sculpture, 2008


    Yves Barré
    – Un nouveau piège à limaces ?
    – Inculte insolent... Ceci est la maquette d'une sculpture en bois, tôle, béton... Ne vois-tu pas qu'on joue ici avec le vide ? En disposant la sculpture devant des fonds variés, en éloignant ou rapprochant les panneaux, tu crées autant de motifs...
    – Et tu comptes faire de l'oseille avec ça ?*



    * Pour savourer le sel de cette répartie – insolente et inculte – la plante verte, à droite sur la photo du haut, est un pied d'oseille.


    8 commentaires