• Cham

    Cham, caricaturiste du XIXe, revisitait, en y ajoutant ses commentaires, les toiles exposées aux salons de son époque.
    Ici, il s'est emparé d'un tableau de Leon-François Commere, ainsi légendé : Junon. Devrait bien se parer des plumes de paon, puisqu'elle n'a rien autre chose à se mettre.

    Sources : arnet.fr et gallica.bnf.fr


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Face B, mal aimée des microsillons.

    Face B pour le festival des Printemps poétiques de la Suze.

     

     


    12 commentaires
  • Bleus à Carteret

    C'est Rodger. Un ami. Il va à Carteret. Il ne dit pas comment. À vélo, à cheval, en canoë ? Mais bon, il y va. Arrivé là-bas, il tombe. En arrêt. Devant des cabines de bain. Frappé par les bleus. Il pense alors à moi. Faisant fi de l'appel de la mer dans son dos. C'est tout lui, ça. Appareil photo à l'œil rivé* : clic clac à gogo. « C'est plus facile de faire clic clac que de se munir d'un pinceau. »

    Quelques photos de Rodger en guise de carte postale.**

     

    * Notons cet élégant renversement grammatical.
    ** Pour éviter l'écran bleu – ou erreur fatale –  à l'ordinateur, je fais une sélection parmi la centaine de photos reçues.


    10 commentaires
  • Yves Barré

    Le festival des Printemps Poétiques revient à la Suze-sur-Sarthe pour sa 34e édition*.
    Sur le thème Animots en poésie, plus d'une vingtaine de bannières vont à nouveau claquer aux vents de la ville. En voici une, dans laquelle l'artiste a subtilement interprété le pré.
    – Mouais ! Et la vache dans tout ça ?
    – Cherchez pas la petite bête.

     

     

    * Du 28 mai au 7 juin. Informations sur le site des Amis des Printemps poétiques.


    12 commentaires
  • Yves Barré

    Parce qu'il est plus facile d'opérer sur un matériau réchauffé, la gravure est un sport complet. Les mains pour pousser la gouge dans le lino (image du haut) ; les jambes pour aller poser la plaque sur la marche ensoleillée de l'atelier (image du bas). Chaque plaque passe ainsi alternativement de la pierre chaude à l'établi.


    6 commentaires
  • Yves Barré

    Ne m'imaginez pas capable de dénaturer le goût de mon café en plantant trois tulipes dans la tasse... Ce dessinateur est résolument incontrôlable.
    Un critique d'art renommé écrivait récemment à son propos : « La période dite "des trois tulipes" est très féconde chez Yves Barré : référence discrète à Hermès Trismégiste, on trouve ces trois fleurs dans nombre de ses tableaux de l'époque ainsi que sur des bouts de papier proches de son téléphone...»

     

    Dessin à la mine de plomb. Voir aussi le billet Trois tulipes du 3 mai et relire la notule critique dans les commentaires.


    9 commentaires
  • Yves Barré

    En mon courtil, l'actualité comme elle va.

    Un rappel : le vernissage de l'exposition d'Arnage, jeudi 9 mai à 18 h 30. L'exposition est en place jusqu'au 28 mai, puis ce sera le grand moment du Puls'art, au Mans.

    Ci-contre :
    "Lune et soleil sont décidément trop prévisibles" (JDS108)
    2018, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

    Et aussi, deux voix croisées dans le transistor. Celles d'un entretien avec Christophe Jubien, réalisé à Durcet, pour son émission La Route inconnue sur Radio Grand Ciel. C'est fou ce que je peux ne rien dire en aussi long temps. En complément, Christophe donne une lecture pertinente et  fine de mes quasi-poèmes. Véritable (re)découverte.

     Yves Barré

     

     


    12 commentaires