• Femme en manteau rouge

    Ce n'est pas où je souhaitais aller.
    C'est où je suis arrivé.

    Raté mais pas tant.
    Épatant même.
    En toute modestie.

     

    Femme en manteau rouge (étude), 2017, craies sur papier préparé

     


    8 commentaires
  • Quand les ami-e-s lisent, nul besoin de tourner les pages.

    Lecture

    Document Prospero théâtre – Cliquer ici pour une vue agrandie.


    3 commentaires
  • – Et toi grouillant, que manges-tu ?         
    Norge         

    Carotte(s)Carotte(s), 2006, craies Conté sur papier, 50 x 70 cm

    Le véganisme est-il l'avenir de l'homme ? demandait France inter, dans Grand bien vous fasse, mardi 23 mai.

    Quand, dans l'émission, on lui oppose que le lion mange la gazelle, Ophélie Véron réplique que « les mamans chats mangent les crottes de leurs lapins »*, mais que ce n'est pas une raison pour les imiter. Ah ! Quand même !

     

    * Et ne parlons pas des canards colverts, entre guillemets [qui] violent, entre guillemets, les femelles


    5 commentaires
  • Billet paru en octobre 2010, augmenté de la contribution essentielle d'un homme de la partie.

     Victor Hugo et Marcel Proust
    Victor Hugo et Marcel Proust, lors d'un souper à Guermantes (Seine-et-Marne) – Photo NN

    Dans ses Mémoires, Juliette Drouet relate qu'au cours du souper, la discussion a porté sur le personnage de Monsieur Madeleine. Madeleine dont Marcel Proust fera plus tard, à ses temps perdus, un objet de recherche.

    Ce même soir, le grand poète français, prodigue en alexandrins, aurait également déclaré :
    « Voudriez-vous Marcel, céans passer le sel.»

    Le propos n'a cependant pu être vérifié.

    D'autres sources généralement bien informées* affirment que Marcel, après une discrète quinte de toux, aurait répondu :
    « Du sel pour votre esprit, quoi de plus naturel.
      Comment vous dire non, comment vous dire non,
      Cependant, cher Victor, nous petit-déjeunons...»

     

    * Propos rapportés par Topa.


    8 commentaires
  • Vu à St-Ouen-en-Champagne
    Vue à St-Ouen-en-Champagne, mai 2017 – Photo Michel Foucault

    Ce vendredi 7 avril, on donnait Du rififi chez la comtesse. une pièce de Jean-Claude Martineau.
    Faut-il-il voir malice dans ce voisinage d'affiches ?
    Doit-on se réjouir que la troupe n'ait pas choisi, parmi le répertoire de l'auteur : La Dégringolade, comédie en 3 actes ?

     

    Note : le titre est aussi emprunté au dramaturge.


    6 commentaires
  • Rue de la Vicomté

     

     

     

     

     

    Après la propagande électorale, l'annonce de la fête locale.

    Les murs muent.

     

     

     

     

     

     

    Rue de la Vicomté 02, 2017, acrylique sur carton, 100 x 50 cm


    12 commentaires
  • au poète qui file (son) droit

    Maison (LD)                                                                                                                                                                     photo Laurent Deheppe

    On devrait ranger les manuels de droit sur les rayons de la poésie.

    La coutume d'Orléans, art. 243, porte : « Aucun ne peut faire chambres-aisées, nommées fosses-coyes, latrines ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison, auprès du mur mitoyen, qu'on ne laisse franc ledit mur. Et avec ce doit être fait le mur dudit puits-à-retraites, ou fosses-coyes, aux dangers et dépens de celui qui fait ledit puits, de pied et demi d'épaisseur du moins, s'il n'y a partage, division ou paction au contraire. Et seront percées en sorte que la plus grande crue des eaux n'y puisse atteindre s'ils ne sont ès rues prochaines de la rivière.»

    J.B.J. Pailliet, Manuel de droit français, Paris, 1824

     

     


    7 commentaires