• Pierre de Coubertin* souhaitait que l'art fût représenté aux Jeux olympiques et des concours d'art furent organisés jusqu'aux Jeux de Londres en 1948.

    En 1924, pour les jeux  de Paris, Henri de Montherlant faisait parti de l'équipe de France de littérature. Il ne figura pas au palmarès du concours remporté par Geo Charles – médaille de vermeil pour son poème Jeux olympiques. Charles Antoine Gonnet, autre français obtint la médaille de bronze, avec Vers le Dieu d'Olympe.

    Sur la photo, quatre concurrents de l'équipe de France, avant la finale.
    De gauche à droite : A. Godinat, C.-A. Gonnet, L.-A. Montai, G. Charles.

    gallica.bnf.fr

    * Curieusement, concourant sous un pseudonyme, Pierre de Coubertin fut le premier médaillé d'or en 1908.
    Source image : gallica.bnf.fr


    11 commentaires
  • Parachute de M. Mayoux

    Nous sommes en 1912, on n'allait pas tarder à être moins insouciant.
    En attendant, pour distraire ses contemporains, M. Mayoux jetait depuis la tour Eiffel, des poutres attachées à un parachute de son invention.
    On lui interdit bientôt cette pratique après qu'une des poutres eut fracassé la tête d'un badaud.
    M. Mayoux dut prendre la poudre d'escampette quand on s'avisa qu'il démontait, pièce après pièce, le monument parisien.

     

    Source image : gallica.bnf.fr
    20-10-12, essais de parachute de M. Mayoux (descente du parachute attaché à une poutre de 40 kilogrammes, sous la tour Eiffel)


    8 commentaires
  • Homme qui rentre dans sa coquille
    Homme qui rentre dans sa coquille, 2017, objet blistérieux, 12,5 x 12,5 x 4 cm. Collection privée.

     

    Le prochain objet blistérieux a déjà pour titre : Paysage bucolique avec ru qui serpente vif & joyeux entre les peupliers.
    Tout un programme !


    13 commentaires
  • Homme dans sa coquille

    Homme qui rentre dans sa coquille.
    Objet blistérieux sur la table de montage.

    Il a fallu qu'une amie me réserve ce blister pour croiser un mot dont je n'avais jamais eu usage jusqu'à ce jour : recoquillement.
    Pas dit qu'il me serve à nouveau quoique... Cela me donnerait l'occasion de citer Flaubert – qu'on ne cite pas suffisamment – :  «  J'ai des recoquillements si profonds que j'y disparais, et tout ce qui essaie de m'en faire sortir me fait souffrir.»*

     

    * source CNRTL, article Recoquiller

     


    11 commentaires
  •  3 compteurs Maison de Cadet Rousselle ? – Fresnay-sur-Sarthe, août 2007

    Allons au théâtre. On joue Eugène Labiche : Les Petites Mains (acte III, scène 6). Je vous décris la scène. Courtin apprend à Anna, sa fille, qu'il vient de la promettre en mariage à Chavarot. Anna tire la tronche. Vatinelle qui passe en ces lieux, abonde.

    Vatinelle. – Elle a raison. L'avez-vous seulement regardé, Chavarot ? Il ramène... c'est un rameneur !

    Courtin. – Qu'est-ce que c'est que ça ?

    Vatinelle. – Un rameneur ? c'est un genou qui n'ose pas porter perruque, ou, si vous l'aimez mieux, un commerçant dégarni qui emprunte à son arrière-boutique quelques rossignols oubliés pour en parer sa devanture. Le fondateur de cette institution se nomme Cadet Rousselle. Après lui, je nommerais Chavarot... s'il n'était mon ami.

    Tout le monde rit, excepté Courtin.


    8 commentaires
  •  

    RougeConlie - avril 2007


    Il y a dans les nuages ce soir des violets et des bleus bien beaux, [...] un bleu surtout plus floral qu'aérien, un bleu de cinéraire, qui surprend dans le ciel. Et ce petit nuage rose, n'a-t-il pas aussi un teint de fleur, d'œillet ou d'hydrangea ?

    - C'est beau comme du Marcel Proust...
    - C'en est du Marcel Proust.
    - Je ne saisis toutefois pas le rapport entre la photo et la citation...
    - N'y a pas. Juste ne pas se laisser submerger par la vague bleue**. Et le blues.

    * Marcel Proust, Du côté de chez Swann
    ** Ce n'était pas encore la vague brun marine.

    Billet déjà publié en juin 2007


    13 commentaires
  •  

    Ciel sur plage
    Le Mans, mars 2007

    Habillage en tôle d'un tour destiné à la collecte de vêtements pour la communauté d'Emmaüs. Eugène Boudin a peint le ciel - et la plage. Des centaines de mains ont ajouté leur griffe. J'ai pris la photo.
     
    Billet déjà publié en mars 2007.

    4 commentaires