• Yves Barré

     

    Cette modeste gravure sur polystyrène extrudé doit servir d'exemple dans les animations en milieu scolaire.
    À l'assistance tout ouïe, l'animateur présente la plaque gravée et son tirage sur papier
    – Quelle différence remarquez-vous entre ces deux éléments ?
    Immédiatement, la différence saute aux yeux éblouis des enfants qui ne se laisseront pas flouer par une impression en miroir.
    – Oui, mais là, vous ne montrez pas la plaque gravée ?
    – Euh, dans l'immédiat, elle est un peu égarée...


    9 commentaires
  • Yves Barré

    Vègre en été, 2019, acrylique, 2 toiles 20 x 20 cm

    Sérendipité pourrait dire Célestine*.
    Cet été, je posais mon séant sur la grève qui longe la Vègre**, pour tenter de saisir la lumière de l'eau. Résultat décevant. Et voilà, que préparant des couleurs pour deux nouvelles petites toiles, l'image de l'eau en mouvement revient en surface. Souvenir remonté comme une bulle.
    Ces jours-ci, la turbidité de l'eau obligerait à dévisser les bouchons des tubes de peinture ocre.

     

     * Commentaire sur le billet du 9 décembre.
    ** On notera que je choisis avec discernement, l'anagramme du nom du ruisseau qui traverse le village.


    8 commentaires
  • Gaïa... Gaïa...
    Leurs cris passaient la haie au fond du pré
    J'ai cru que les hommes invoquaient la déesse

    Ils appelaient la chienne
    perdue sur la voie d'un chevreuil.

    Yves Barré
    2019, encre sur papier


    8 commentaires
  • Un mètre

    Un génie visite régulièrement mon atelier en mon absence.
    Renforce une étagère, remplace une ampoule grillée, charge une bûche dans le poêle...
    Cette fois, il a restauré la poignée de ma règle – l'était toute cassée.
    Et comment ? En découpant le dossier d'une... chaise.
    Reconnaissons un sens de l'humour affirmé.

     


    8 commentaires
  • Yves Barré

    Essuyer le surplus d'encre d'imprimerie avant laver outils.

    Ce jour-là, le souvenir de la chatte, rencontrée le matin même, sur le chemin de l'atelier, a guidé le couteau racleur.

    Dans le pré de notre voisine, chatte assise près d'une taupinière.


    8 commentaires
  • Yves Barré

    La chaise, toi assis, 2019, linogravure, 21 x 15 cm

    Tristesse de l'enfant maintenu sur sa chaise.

     

     

    En écho au commentaire de Thé âche qui ravivait la recherche étymologique sur le mot chaise*, cet autre poème extrait de État de chaises** :

    La chaise a grandi
    en cathédrale
    Il fallait l'obstination
    des bâtisseurs

     

     

    * Billet du 5 décembre
    **
    État de chaises, Vincent Rougier éditeur, 2014


    10 commentaires
  • Yves Barré

                                                  à l'enfant du poème

     

    On maintient
    pour les faire grandir
    les enfants
    sur des chaises

     

    État de chaises, Vincent Rougier éditeur, 2014

     

     

     

     

    Étude pour La chaise, toi assis,
    2019, fusain et craie sur papier kraft


    12 commentaires