• Sculpture d'Ève Gemin Voici ce qu'écrit Rémy le Guillerm de l'œuvre d'Ève Gemin.

     « Aimer est le véritable enjeu d’Ève.
    Aimer en crochetant, en cousant, en brodant.
    Aimer en tirant, en rembourrant, en torsadant
    matières et éléments formant corps,
    pour donner à sa jolie volonté,
    la capacité de créer des êtres libres
    avec d’incompressibles envies de vivre
    et les laisser tourbillonner !»



    Sculpture d'Ève Gemin

    L'association Culture vivante en pays de Sillé
    présentait les sculptures d'Ève Gemin à l'abbaye
    de Champagne à Rouez-en-Champagne.




    4 commentaires
  • Compagnie la Chrysalide – Katioucha

    Un vieil homme se souvient de la guerre, l'exode, le service de travail obligatoire et de Maria, la jolie Russkoff... Vous pensiez François Cavanna. C'est justement lui que met superbement en scène la compagnie la Chrysalide dans Katioucha, théâtre masqué. C'était vendredi soir, en ouverture du festival C'est pas le tout (l'affiche).
    Aujourd'hui, à Ruillé-en-Champagne (15 h), le Théâtre du Y donne Salle d'attente.




    6 commentaires
  • Limace photo Maïette
    En argot, une lingère est une limacière.
    – Et une femme de ménage ?
    « Une femme de ménage, c'est comme si j'avais une machine à café. En fait que j'emploie, c'est... c'est pas... (rires) que j'utilise tous les jours – quoi – et puis je paie ma facture de location à la fin du mois.» Gérante d'hôtel interrogée dans le cadre d'un dossier du journal de France 2, les femmes sans-papiers sortent de l'ombre.*

    * France 2, le 20 H du jeudi 29 mai 2008.
     

    12 commentaires
  • Sur un marché en Espagne – juin 2005

    Pour ma voisine préférée qui tente d'enivrer les limaces dont elle veut se débarrasser en leur servant de la bière... sans alcool.

    * Dolor de cabeza / Migraña : Mal de tête / Migraine


    8 commentaires
  • Nu – Tenez, mademoiselle, je me sens d'un naturel si lourd, si fainéant, que d'entendre seulement parler de travailler, les bras m'en tombent.*

    * Alexis Piron, les Enfants de la joie, 1725

    Nu, 2008, mine de plomb, A4


    12 commentaires
  • J'attends un 6 – Je suis en train d'achever une somme sur Giraffa camelopardalis, me confie un ami. Tu ne voudrais pas, pour en rendre la lecture moins aride, l'illustrer de quelques dessins dont tu as le secret.
    – Si fait, dis-je, sur le coup, sans trop réfléchir.
    Et comme j'ai hérité d'une conscience professionnelle dont on me loue quand on ne l'envie pas, je me mets en quête de documentation. Première lecture : Geoffroy-Saint-Hilaire*La Girafe est surtout remarquable aux yeux de l'observateur, par la disproportion de ses parties. Représenter des attributs hypertophiés sur ce blog de haute tenue morale serait  indélicat, aussi dessinerai-je des chevaux.

    * Geoffroy-Saint-Hilaire, Quelques considérations sur la girafe, Annales des Sciences naturelles, tome XI, juin 1827

    12 commentaires
  • Un kilomètre, c'est quand tes godillots commencent à peser après une longue marche. Ou quelque chose d'approchant. C'est du moins ce qu'on peut lire dans l'Eure au XIXe siècle* :
    Recensement au kilomètre On apprend aussi dans ce remarquable ouvrage, auquel l'éditeur a apporté le plus grand soin, que « les paysans cultivent le charbon à foulon pour les fabriques de draps d'Elbeuf et de Louviers

    * L'Eure au XIXe siècle, Adolphe Joanne, édition les Chemins de la mémoire, 2004. Le texte original – Géographie de l'Eure – a été publié en 1910, chez Hachette.

    Merci à Marinette, pour sa lecture affûtée.

    14 commentaires