• Yves Barré
    Étude avec la blouse roumaine
    , 2009
    craies et fusain sur papier, 100 x 80 cm

    Yves Barré
    L'Angélus (il n'a tout de même pas osé !), 2005
    pastels à l'huile sur papier, 14 x 16 cm

     

     

     

     

     

     

     

     

    Enfance de l'art.

    Premier émoi artistique : le pichet à eau sur la table de mes grands-parents. Décoré d'un Angélus de Millet, en relief et très coloré.
    Première rencontre avec l'art moderne :
    La Blouse roumaine de Matisse. De  la taille d'un timbre-poste dans le Petit Larousse.

    Images toujours aussi vives.
    Qu'il m'arrive de maltraiter... avec tendresse.


    10 commentaires
  • Statuette mexicaine

     

    À quel âge partir pour ne pas manquer  l'heure du jugement dernier ?

    J'entends qu'on me répond :

    « Au-delà d'un certain âge, je pense qu'il est de l'ordre des choses de partir et je pense que ce qu'on peut éviter, c'est de partir seul. Et c'est ça je pense, à partir d'un certain âge qui est le plus douloureux.»*

    Si je prête attention au vers du poète** « Partir c'est mourir un peu », dois-je entendre :

    – Au-delà d'un certain âge je pense qu'il est de l'ordre des choses de mourir un peu et je pense que ce qu'on peut éviter, c'est de mourir un peu seul.»

    Partir, est-ce s'éteindre ?

    – Au-delà d'un certain âge je pense qu'il est de l'ordre des choses de s'éteindre et je pense que ce qu'on peut éviter, c'est de s'éteindre seul.»

    Ou est-ce clamser, comme dit le populaire qui a moins de pudeurs ?

     


    * Professeur Xavier Lescure sur France Inter. « À 80 ans, alors c'est un peu stupide de mettre un seuil, mais au-delà d'un certain âge, effectivement, je pense qu'il est de l'ordre des choses de partir et je pense que ce qu'on peut éviter, c'est de partir seul. Et c'est ça je pense, à partir d'un certain âge qui est le plus douloureux.»
    Ces propos sont sortis du contexte (lire le Rendez-vous de la médiatrice du 29 janvier 2021) : c'est à l'euphémisme que je cherche noise.
    ** Premier vers du Rondel de l'adieu, de Edmond Haraucourt (1890).

     


    8 commentaires
  • Yves Barré
    Tant danse qu'à la fin il se casse

     

     

    J'aurais tendance à penser que celui qui annonce,
    sur un ton péremptoire, avoir tendance à dire
    – si peu, le plus souvent – serait bien avisé
    de se retrancher derrière une tendance à se taire.


    13 commentaires
  • Yves Barré
    Dessin du 20 janvier 21
    acrylique et encre de Chine sur papier, 39 x 26,5 cm

     

    Question de sécurité posée dans la revue La Montagne et Alpinisme (janvier 1965) :

    « Le casque doit-il protéger d'un caillou de 1 kg tombant de 200 m ou d'une pierre de 2,5 kg tombant de 10 m ; nous n'envisageons ni le parpaing ni le piano à queue

    Certes, le parpaing peut être écarté, mais est-on vraiment à l'abri d'une chute de piano à queue ?

     


    8 commentaires
  • Yves Barré

    Dessin du 19 décembre 20
    acrylique et encre de Chine sur papier, 39 x 26,5 cm

     

    Moi, si j'étais le virus de la grippe, je l'aurais amer.
    Il n'y en a plus que pour l'autre, l'imposteur.
    Il – ou elle* – est sur toutes les lèvres.

     

    * Du genre de la maladie, dit l'Académie, comme le tétanos ou le choléra.


    12 commentaires
  • Pages du cahier d'écriture

    Deux pages de mon cahier d'écriture, un beau cahier de 32 pages à réglure Seyès 3 mm.
    Pour d'infimes ratures et débords dans la marge, mes tracés à la plume Sergent-Major n'eurent pas l'heur de plaire à la maîtresse qui convoqua mes parents sur l'heure.

     

     


    10 commentaires
  • Yves Barré      Yves Barré
    Dessins du 18 janvier 21
    acrylique et encre de Chine sur papier, 39 x 26,5 cm

    – Il paraît que tu as aussi coiffé un parpaing du même galurin. Sois pas chien, montre-nous.


    11 commentaires