• Tena, une jeune Kotokoly de Kounandohokou, une localite du departement de l'Atacora, debarque dans la ville de Parakou pour servir de domestique chez les epoux Dossou-Yovo. Elle entreprend de seduire serieusement M. Codjo, le jeune gardien. M. Codjo lui resiste, mais Tena est tenace... 
    Commence alors une liaison dangereuse a l'arriere-gout amer...*
    La suite dans L'Amour sous les arbres et dans les herbes, de Valentin C. Hounnon.

    Yves Barré

    À force d'avoir n° 37, 2020, acrylique sur toile, 20 x 20 cm

     

    * Source : books.google.fr


    16 commentaires
  • Yves Barré

    Ce devait être ma photo de la semaine. Huit popotins alignés offerts à mes yeux.
    Las... le temps de dégainer l'appareil, deux vaches avaient senti ma présence et, se retournant, allaient me priver, cette année encore, du prix Nicéphore Niépce.


    22 commentaires
  • Tripotées, les fesses gardent cuisant souvenir.

    Yves Barré

    À force d'avoir 38, 2020, acrylique sur toile, 20 x 20 cm


    10 commentaires
  • Deux uniformes enserrent un moins que rien.

    Yves Barré

    En marge 28, 2020, pastels à l'huile sur papier, 20 x 20 cm

     


    16 commentaires
  • Yves Barré

    éditions Gros Textes
    Yves Barré
    Pas tout à fait mais presque
    quasi-poèmes

    Ce que dit Sainte-Beuve des quasi-poèmes qu'il n'a vrai­semblablement pas lus :
    «
    Ce ne sont que vers prosaïques, abstraits, sans richesse et sans curiosité de forme ; à peine quelques-uns de bons et coulants qu'on ne trouvera guère que passables.»

    On sent le critique aigri. N'empêche qu'on y peut lire ceci, tout en octosyllabes et rimes au bout des vers* :

    Poème dû pour un quart à Victor Hugo

    Le geste auguste du semeur ?
    Tu parles ! Cul sur le tracteur,
    Rire et Chansons à l'écouteur...
    J'voudrais finir avant six heures.


    Vers extrait de Saison des semailles. Le soir, in Les Chansons des rues et des bois.

    * Bon d'accord, c'est le seul. Mais il y en a plus de 110 autres pour faire du bien par où ça passe : corps, cœur, cerveau et autre organe du jouir, comme disait Louis Dubost à propos du précédent recueil.

     

    90 pages au format 10 x 15 cm,
    7 € (+ 3,50 € de forfait port – quel que soit le nombre d’exemplaires commandés)

    chez l'auteur, Yves Barré, La Turpinière, 72240 St-Symphorien. Dédicace possible.
    ou chez l'éditeur Gros Textes

     


    16 commentaires
  • Yves Barré

    À force d'avoir n° 32, 2020, linogravure, 12,5 x 17,5 cm

    Dictons du patrimoine canadien :
    – Laisser tomber un couteau, c'est la visite d'un homme.
    – Laisser tomber une fourchette, c'est la visite d'une femme.
    – Laisser tomber une cuillère, c'est de la visite en voiture.*


    * Marie-Michèle Boulet, Le Folklore canadien -français revisité, Les Presse de l'université Laval, 2003


    12 commentaires
  • Yves Barré

    À force d'avoir n° 31, 2020, linogravure, 12,5 x 17,5 cm

    « Deux Cartésiens se promenant ensemble : savez-vous, dit l'un, pourquoi la neige est blanche, que les charbons sont noirs, et que les charognes sont si puantes ? Voilà de sottes questions, répondit l'autre.»*

    * Antoine Arnauld, Des vrayes et des fausses idées...,Cologne, 1683


    6 commentaires