• Rime à néné

    Yves Barré


    Éloignez les enfants de l'écran,
    ce poète* qui chante sa poissonnière,
    a trop forcé sur la rime :

    « Les piments aux lueurs de forge
       Dans les bocaux de cornichons,
       Tirent la langue à ses nichons
       Que jalousent les airs de gorge
       Des citrons effilés et mûrs...»

     

    Ci-contre :
    Sur la plage, 2019, gravure sur rhénalon, 15 x 10 cm

    * Théo Hannon, Au clair de la dune, Paris, 1909
    source : gallica.bnf.fr

    « CorbacOn n'envoie plus de cartes de vacances ! »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Août à 07:39

    Sa coiffure en brosse lui sied à merveille...

      • Dimanche 11 Août à 21:53

        J'y voyais une frange sur le front, mais on est assez loin du sujet, tu as peut-être raison.

    2
    Dimanche 11 Août à 10:55

    110 ans la poésie ne vieillit pas...

    signé ; rime en ur

      • Dimanche 11 Août à 21:55

        1909. Apollinaire avait commencé à écrire les poèmes d'Alcools.

    3
    Dimanche 11 Août à 12:39

    les pigments sont doux

      • Dimanche 11 Août à 21:56

        Un ocre jaune un tout petit peu sali.

    4
    Dimanche 11 Août à 14:05
    celestine

    Pourquoi éloigner les enfants ? C'est mieux qu'un reportage sur la Corée du Nord, non ?

    •.¸¸.•*`*•.¸¸

      • Dimanche 11 Août à 22:15

        Y aurait-il reportage sur la Corée du Nord médiocre ?

        Hannon sans doute.
        Un peu plus alors ;-) :

        « Or, donc on a béni la mer :
        [...]
        Sut-il, enfin, le bénisseur,
        En son beau geste fait au moule,
        Bénir l'huître noble et sa sœur
        Plus démocratique, la moule ? »

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :