• S'éclater

    LE CAVALIER À CONFESSE

    Un cavalier s'accusait à confesse
    D'avoir, pendant toute une nuit,
    Partagé le lit de l'Hôtesse;
    Où son bidet l'avait conduit.
    Mon cher enfant ? car il faut les compter.
    Combien de fois ! Oh ! oh ! mon Père,
    Je ne suis pas ici pour me vanter.

    Abbé de Grécourt *


    Femme adultère (source : gallica2.bnf.fr) Sénégal – Femme adultère traînée par un cheval et son amant pourchassé.**

    Je ne jette pas la pierre à la femme adultère*** : poème et gravure sont l'objet d'une rencontre fortuite.

    * Épigrammes et madrigaux de M. l'abbé de Grécourt, Paris, 1763
    ** illustration tirée de L'Affrique et le peuple affriquain considérés sous tous leurs rapports avec notre commerce & nos colonies, par M. Lamiral, chez Dessenne, libraire, Paris, 1789. Sources : gallica2.bnf.fr et books.google.fr
    *** Clin d'œil à la chanson de Georges Brassens et pendant que j'y suis, à Martin Circus, pour le titre.

    « CariatidesPensionnaire du roi de Pologne »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Mai 2008 à 08:59
    ...fortuite, fortuite...
    On dit ça, mais, premièrement, selon ma voisine, "il n'y a pas de hasard..."
    Ou, deuxièmement, selon André Breton, c'est du "hasard objectif..."
    2
    Vendredi 23 Mai 2008 à 10:22
    Laisser l'effet se faire ! J'étais enfant. Il y avait sur un buffet bas, chez le père et la mère Letourneau, deux statuettes en terre cuite – et peinte – représentant un couple de vieux accroupis à déféquer. Sur le socle de la première : Bien faire, sur celui de la seconde : et laisser dire. Je n'ai compris que beaucoup plus tard le sel du propos.
    3
    Vendredi 23 Mai 2008 à 10:37
    Pour être très précis, je cherchais rillettes – rapport à Anita de la Pêche à la baleine qui m'a taggué (!) – je suis tombé sur l'abbé ; puis sur Balzac – Honoré de – et un curieux écrit sur l'Art de mettre sa cravate ; en quête alors d'une illustration pour la cravate collier de cheval, je suis arrivé à cette femme adultère traînée par un cheval – tandis qu'on pourchassait son amant – et voilà. Je reviendrai sur les savoureux madrigaux de l'abbé et le non moins savoureux art de cravater de Balzac.
    4
    Vendredi 23 Mai 2008 à 14:21
    Effectivement pas de quoi se vanter ...
    LIZAGRECE
    5
    Samedi 24 Mai 2008 à 00:56
    Coureurs, oui. Pas seulement sur la ligne d'arrivée.

    6
    Samedi 24 Mai 2008 à 01:00
    Tu connais l'hôtesse ?
    7
    marc l
    Jeudi 7 Août 2014 à 18:41
    S'éclater au Sénégal dans le lit de l'Hôtesse. En effet et sans effet. Mais il faut laisser l'effet se faire.
    8
    Léonie Laroue
    Jeudi 7 Août 2014 à 18:41
    Pourquoi dit-on "femme adultère" et jamais "homme adultère" ? "L'amant" : voilà qui est innocent et flatteur ! Bon, mais sur la ligne d'arrivée, les deux sont des coureurs, non ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :