• Yves BarréIl a fallu que je rencontre le mot popsicle dans une lecture* pour sortir de l'ombre une toile qui s'y trouvait peinarde depuis une décennie.
    Popsicle – glace à l'eau, réputée en Amérique du Nord – m'a remis en mémoire une toile inachevée, dans laquelle quelques obser­va­teurs voient une glace sur bâtonnet.
    À trop simplifier, on s'expose aux lazzis.

    Le tableau représente un poirier au champ, dans l'encadrement d'une fenêtre. La base du tronc déborde dans la pièce, superposition fausse pour signifier qu'entrant dans la maison, l'arbre entre aussi dans l'imaginaire du regardeur**, jusqu'à nourrir sa création***.

    Nouvelle couche de peinture sur le mur pour atténuer le contraste entre extérieur et intérieur. Et, avec deux "branches tortueuses",   ajout à la confusion.

    N'y a plus qu'à signer.

    Un seul arbre, et encore...,
    2007-18, acrylique sur toile, 100 x 80 cm

     * Maggie Nelson, Les Argonautes, éditions du sous-sol, 2018. « En retraçant sa propre histoire de couple avec Harry, né Wendy, l’écrivaine tisse une réflexion passionnante sur le genre, la maternité, et le sentiment amoureux.» (Télérama)
    ** Ai-je dit qu'il est poète ?
    *** Jean-Claude Touzeil, Poirier proche, éd. Le chat qui tousse, 2004

     


    8 commentaires
  • Histoire de France


    « Les Gaulois étaient païens : ils ne connaissaient pas encore le Bon Dieu.»
    « De tout notre cœur nous devons aimer Jeanne d'Arc : elle est morte pour sauver la France. C'est une Sainte, nous devons prier pour que, du haut du Ciel, elle continue à protéger notre patrie.»

    Ce n'est pas pour ce catéchisme que j'ai acheté l'Histoire de France, de H. Guillemain et de l'abbé Le Ster, à l'usage du cours préparatoire (1934, réédition 51), mais pour les dessins à la plume de R.M.V.
    En plus de ses talents de dessinateur, Robert Micheau-Vernez est un peintre de la couleur, au style très personnel. On peut le retrouver sur le site micheau-vernez.fr.

    Comme l'abbé, je revisite l'histoire de France. Ici : Du Guesclin, dans un épisode où, ses compagnons et lui, déguisés en bûcherons, se font ouvrir une forteresse pour vendre des fagots aux Anglais. À peine entrés, ils se débarrassent des fagots, sortent les épées cachées sous leurs chemises et trucident l'ennemi qui n'avait rien vu venir.

     Du Guesclin
    Du Guesclin, déguisé en bûcheron, s'attaque aux Anglois
    2017, acrylique sur toile, 100 x 80 cm

     


    11 commentaires
  • Du Guesclin...

     

    Puisque le billet précédent est sorti avec une journée d'avance, voici, pour le compléter – et retrouver un rythme de parution régulier – un dessin que nous conviendrons d'appeler étude pour faire cultivé.

    Prochainement, sur votre écran, une vue de la toile terminée – bien qu'elle ne soit pas à l'abri d'un repentir –, accompagnée d'un argumentaire éclairant sa conception.

     

     

    Étude pour Du Guesclin..., 2017, acrylique sur papier, 100 x 70 cm


    14 commentaires
  • J'hésite. Dois-je montrer les étapes de la création ou le tableau terminé ? Dois-je même montrer le tableau au risque de déclencher brocards, quolibets ou lazzis ?

    Du GuesclinDu Guesclin déguisé en bûcheron, attaque les Anglois. C'est le titre (travail en cours)


    10 commentaires
  • Octante têtes

    Octante têtes, 2017, huile sur papier, 100 x 70 cm

     

    – Octante têtes ! Il m'aurait plu qu'il y en eût une de plus... Pour un nombre carré.
    – Ça ne tenait qu'à toi !
    – Certes.


    9 commentaires
  • Étude

    Étude pour nu allongé,
    2017, acrylique sur papier, 100 x 70 cm

    Quand on prend la peine de l'interroger, le dictionnaire dit qu'une étude est un dessin exécuté en préparation d'une œuvre plus importante ou plus élaborée. Attendons-nous au meilleur.
    Étude en impose davantage que brouillon.


    8 commentaires
  • Jeune femme, verre à la main

    Réalisé début juillet et aussitôt reporté au fusain sur la toile, ce croquis sur le vif a dû patienter jusqu'à ces derniers jours pour être terminé.
    Il fallait que je sois de belle humeur pour laisser éclater ces couleurs vives.

     

    Assise, verre à la main,
    2017, acrylique sur toile, 100 x 81 cm.


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique