• Yves Barré
    2019, acrylique et collage sur toile, 20 x 20 cm

    Ce soir-là,
    alors que la nuit était déjà tombée
    sur un paysage enneigé,
    le soleil s'est attardé sur l'horizon
    cinq minutes avant son coucher.

    Pour rompre le silence, quelqu'un a dit :
    – Oui, du jaune, pourquoi pas ?

     


    13 commentaires
  • Yves Barré

    Vègre en été, 2019, acrylique, 2 toiles 20 x 20 cm

    Sérendipité pourrait dire Célestine*.
    Cet été, je posais mon séant sur la grève qui longe la Vègre**, pour tenter de saisir la lumière de l'eau. Résultat décevant. Et voilà, que préparant des couleurs pour deux nouvelles petites toiles, l'image de l'eau en mouvement revient en surface. Souvenir remonté comme une bulle.
    Ces jours-ci, la turbidité de l'eau obligerait à dévisser les bouchons des tubes de peinture ocre.

     

     * Commentaire sur le billet du 9 décembre.
    ** On notera que je choisis avec discernement, l'anagramme du nom du ruisseau qui traverse le village.


    8 commentaires
  • Yves Barré

     

    Paysage sous le vent
    2019, acrylique sur toile, 100 x 81 cm

     

     

    Si la girouette pouvait parler,
    elle dirait qu'elle dirige le vent.

    Jules Renard, Journal, 26.02.1906

     

    Quand on regarde la toile exposée au nord, le vent souffle de l'ouest. Toile retournée contre le mur, le vent souffle de l'est, mais c'est moins décoiffant.

     

     

     


    12 commentaires
  • Yves Barré

     

    Paysage normand, 2019, acrylique sur toile, 100 x 81 cm

    Le 8 juillet de cette même année, on pouvait voir un état de cette peinture, avec la mention suivante (je me cite*) :
    « On se dirigerait désormais vers un paysage. Normand.»

    Voilà donc ce Paysage normand achevé.

     

    * On n'est jamais si bien cité que par soi-même.

     


    10 commentaires
  • Yves Barré

     

    Quelque chose de frais pour l'été.

     

    Retirant le chemisier
    juillet 2019, aquarelle et collage sur papier, A3


    6 commentaires
  • Yves Barré

     

    à A. qui me touche quand
    elle parle de mes œuvres

     

    D'une peinture qui tentait de se faire oublier dans un recoin de l'atelier, il ne reste que deux liserés et une déchirure rouges.
    Les grattages, remords, repentirs, repeints de Claude Lantier dans L'Œuvre de Zola – lecture du moment – ont décidé ma main à reprendre pinceau et couteau, afin de renvoyer au néant des couches inférieures, le sujet – historique ! – qui me laissait insatisfait.

    On se dirigerait désormais vers un paysage. Normand.

     


    6 commentaires
  • Yves BarréNuit & jour, paysages peu différents, 2019, acrylique sur toile, 2 fois 46 x 38 cm


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique